Get Adobe Flash player

 

Amis pour toujours

 

 

 

Cette histoire qui jadis fut intitulée, « Je serai toujours ton ami » est gravée à tout jamais dans mon coeur. Le 25 janvier 2013, nous allions visiter la demeure des parents du jeune Gabriel (nom fictif) pour élucider ce qui s’y déroulait certains jours. Les gens disaient entendre des bruits de pas, des coups frappés et sentaient une présence.

 

Sur place, nous avions installé divers appareils au sous-sol ainsi qu’à l’étage et pendant qu’ils enregistraient, nous nous étions regroupés dans un garage chauffé. Certes, quelques heures plus tard, nous avions captés plusieurs choses particulières, telles que : une lueur dans un cadre de porte, des interactions sur un tamtam placé à la cave, des coups frappés rythmés, une voix masculine qui identifiait une couleur, etc. mais ce qui nous a le plus ému était bien vivant. En effet, il s’agissait d’un jeune adolescent de 15 ans surnommé Gabriel qui était très intéressé par ce que nous faisions dans la maison.

 

Gabriel était un garçon dévoué et serviable qui ne demandait qu’à nous aider mais à chaque fois que je le regardais, je voyais une immense tristesse cachée au fond de ses entrailles. Je sentais qu’il avait un problème mais pour l’instant j’étais trop occupé pour m’attarder sur son cas. Puis, vint le moment du contact médiumnique avec l’aide d’une table métallique. Ses parents ainsi qu’un observateur voulaient faire partie de la séance qui allait débuter dans les prochaines minutes. Pendant que Lucie, Shirley et Yanick préparaient les caméras et les enregistreurs, Gabriel me demanda s’il pouvait participer. Dans ses yeux, on pouvait lire à quel point cette participation était importante pour lui. Je me souviens de lui avoir répondu que d’habitude, je ne faisais pas de contacts semblables avec des jeunes de son âge mais que dans son cas, j’acceptais de faire une exception. Gabriel me lança un sourire de reconnaissance. En attendant que le reste de l’équipe finisse l’installation des appareils, je l’invitai à s’asseoir près de moi autour de la table.

 

Aussitôt qu’il mit les mains sur la surface de la table, que nous appelons Cercle de Vie, des images de sa vie commencèrent à jaillir dans mes pensées. Difficile à expliquer mais je ressentais et voyais momentanément des flashes de sa vie. Graduellement, je rassemblais les pièces de ce grand puzzle pour finalement réaliser que Gabriel se faisait intimider à son école et qu’il avait des idées suicidaires. Lorsque je lui posa la question si c’était exact, il éclata en sanglots devant ses parents qui n’étaient au courant de rien. C’était très émouvant de le voir pleurer ainsi. Pour le réconforter, je posai à quelques reprises ma main sur son épaule et à chaque fois, je ne pouvais pas retenir mes larmes. Ce jeune homme souffrait d’une profonde tristesse, voulait mourir et se sentait comme une épave à la dérive sur un vaste océan. L’intimidation avait ravagé Gabriel à un tel point, qu’il voulait en finir en mettant fin à sa propre vie.

 

Un peu plus tard, il me supplia de tenter d’entrer en contact avec son défunt ami qui s’était suicidé quelques mois plus tôt à cause d’intimidation. Je ne pouvais pas dire non et avec l’aide des membres de l’équipe, nous poussâmes notre énergie au maximum pour y parvenir. À la surprise de tous, son ami se présenta à la table en le saluant. Puis il expliqua le motif de son suicide et précisa regretter son geste. Gabriel éclata à nouveau en sanglots en suppliant son défunt ami de ne pas l’abandonner. La réponse fut rapide, « Je serai toujours ton ami ».

 

Le visage de Gabriel s’illumina de joie et en essuyant ses larmes, il lui demanda ce qu’il faisait la nuit dans la maison. L’entité répondit que c’était lui qui allumait la lumière de la garde-robe. Le jeune ado se mis à rire en l’invitant à continuer. En le regardant se réjouir, je me disais que nous avions possiblement sauvé la vie de ce jeune homme en détresse. Dès le lendemain, ses parents l’amenèrent voir un spécialiste pour s’assurer que tout ira bien pour leur enfant.

 

Cette histoire remonte à 4 années et j’ai depuis perdu la trace de ces gens mais je me souviens du sourire de Gabriel. Un sourire éclatant et sincère qui chassait cette grande peine. Pour terminer, je dirais ceci : « Dites non à l’intimidation sous toutes ses formes ! »

 

Roger Mainville

 

Vidéo:

 

 

 

Roger Mainville – Plume-Parlante
Groupe Paracontacts
9 janvier 2017

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16