Biophotons

 

 

biophotontit

 

Une hypothèse plausible en parapsychologie est qu’une transmission d’informations pourrait se faire d’un organisme humain à un autre sans que la conscience en soit nécessairement et toujours acquise. Il s’agirait d’une faculté dont le résultat serait presque toujours subliminaire.Dr Bernard Auriol, psychiatre et psycho-analyste.

 

Cette hypothèse pourrait-elle expliquer le phénomène de la vision à distance expliqué par Upton Sinclair journaliste, écrivain et expérimentateur ? “Les résultats des expériences télépathiques soigneusement et clairement exposées dans ce livre dépassent certainement de loin ce qu’un explorateur de la nature croit pensable. D’un autre côté, il est hors de question qu’un observateur et écrivain aussi consciencieux qu’Upton Sinclair monte une imposture volontaire aux dépens des lecteurs; sa bonne foi, autant que la confiance que l’on doit lui accorder, ne peuvent être mises en doute.” (Albert Einstein) [Préface du livre d’Upton Sinclair, Mental Radio, Springfield, 1930-1962 p.IX)

 

La découverte des biophotons

 

La découverte des biophotons réalisée en 1962 par Alexandre Gavrilovitch Gourvitch (Александр Гурвич, biologiste russe à l’origine de la théorie des champs morphogénétiques, serait-elle l’explication ?

 

Communication entre les organismes par les biophotons

 

biophoton1

 

On sait que des insectes peuvent communiquer entre eux à de longues distances en émettant des odeurs, des molécules appelés phéromones. C’est ainsi que des papillons de nuits mâles et femelles peuvent se rejoindre même s’ils se trouvent à des kilomètres. Or le biologiste P.S. Callahan a découvert qu’ils localisaient ces phéromones en détectant les photons qu’elles émettent dans la longueur d’onde des infrarouges.

 

La communication entre individus dans un groupe d’abeilles ou de termites est un fait avéré. Comment se produit-elle? Des chercheurs ont mis en évidence qu’abeilles et termites communiquaient entre eux par des signaux électromagnétiques.

 

Le champ de biophoton d’un organisme émet dans l’environnement vers d’autres organismes. C’est ainsi que plantes et animaux peuvent communiquer. C’est ce que Gurwitsch a constaté entre les tiges d’ognons, et que Stschurin, Kaznachejev et Michailova ont mis en évidence sur des cultures de cellules dans des flacons séparés.

 

Selon des recherches personnelles de Popp, si on blesse une plante, d’autres plantes semblables placées autour en sont averties, même si elles sont éloignées. On s’en rend compte à l’augmentation de leur rayonnement ultra-tenu.

 

Popp pense qu’on peut trouver là des explications à la coordination des mouvements de bancs de poissons ou de vols de groupes d’oiseaux. Cela pourrait aussi expliquer la capacité que possèdent certains chiens ou chats à retrouver leur chemin vers leur maison, même lorsqu’ils sont perdus à des kilomètres.

 

Fritz-Albert Popp est né en 1938 à Francfort. Après avoir suivi des études de physique expérimentale à Göttingen et à Wurzbourg, et obtenu un doctorat en physique théorique à Mayence, il obtient un poste de professeur à l’université de Marbourg qu’il occupe de 1973 à 1980. Il est ensuite directeur d’un groupe de recherche dans l’industrie pharmaceutique à Worms de 1981 à 1983. À l’université de Kaiserslautern, il est successivement directeur d’un groupe de recherche à l’Institut de biologie cellulaire de 1983 à 1986, puis d’un autre au Centre de Technologie, tout en fondant la société Biophotonics.

 

Si l’ADN laisse son empreinte, il est nécessaire de considérer qu’il existe un milieu, une substance, dans laquelle elle est imprimée. Cette substance, c’est la mer de photons présents dans le vide. Depuis des années, les scientifiques se représentaient le vide comme un espace réellement vide, traversé parfois par des particules. Cette description s’appliquait aussi bien au vide d’un récipient qu’au vide cosmique. Cette représentation est en train de changer. Par ses fluctuations quantiques, l’espace cosmique serait plutôt un plein, une matrice d’une énergie considérable. C’est une version moderne de l’ancienne conception de l’éther ou du prana (voir Physique quantique).

 

Si l’ADN peut imprimer un signal dans cette matrice, alors, la matrice peut servir de lien entre les molécules.

 

Les biophotons transmettent des informations entre cellules

 

A partir de 1972, trois scientifiques soviétiques, S. Stschurin, V.P. Kaznachejev et L. Michailova vérifient la réalité du rayonnement ultraténu en effectuant plus de 5000 expériences.

 

Ils mettent en évidence une transmission d’information entre cellules. Des cellules vivantes ont été placées dans deux flacons en quartz qui se touchent. Elles baignent dans une solution nutritive. Lorsque l’on porte atteinte à l’une des cultures, par un virus ou un empoisonnement, on constate que les cellules du flacon voisin, bien que protégées de la transmission physique par la paroi du flacon, deviennent malades à leur tour presque instantanément. C’est donc la preuve que les cellules envoient des informations à d’autres cellules.

 

Mais ce phénomène a lieu seulement lorsque les flacons sont en quartz, perméable aux rayons ultraviolets, non lorsque les flacons sont en verre, imperméable aux mêmes rayons. On peut donc affirmer que le rayonnement ultraténu est responsable de cette transmission et qu’il se situe dans la gamme des ultraviolets.

 

En 2009, Masaki Kobayashi, un physicien à l’Institut de Tohoku à Sendai au Japon réussit avec ses collaborateurs à photographier l’émission de biophotons sur toute la surface du corps humain au repos. Ils confirment que l’émission de biophotons n’est pas corrélée à la température ni à l’émission de rayonnements infrarouges.

 

Les mesures montrent que les longueurs d’onde des photons se répartissent de façon uniforme sur toute l’échelle de longueurs en 200 nm et 800 nm, incluant ainsi des rayons UV (de 200 à 400 nm) et de la lumière visible (de 400 à 800 nm).

 

Le groupe de Marbourg (Popp) a appelé ce phénomène biophotons. Les biophotons sont des quantas d’énergie émis de façon continuelle et permanente par tous les systèmes vivants. Ils répondent de la physique quantique et ils sont la manifestation d’un phénomène universel attribué à tous les systèmes vivants. Tous les scientifiques qui adhèrent à cette vision de par le monde nomment cette radiation biophotons et son domaine de recherche la biophotonique. […]

 

Dans d’autres pays, des groupes scientifiques d’instituts et universités réputés – autour d’Inaba et Hamamatsu (Japon), Li, Chang et Shen (Chine), Slawinski (Pologne), Anna Gurwitsch et Lev Beloussov (Russie), Mishra et Bajpai (Inde), Fröhlich, Hyland, Ho (Angleterre), van Wijk (Hollande), Musumeci (Italie), Fox, Jahn and Puthoff (USA) – se sont vivement intéressés à la biophotonique et ont commencé à coopérer et ont fondé l’Institut International de Biophysique (IIB) à Neuss (Allemagne), où la Biophotonique est devenue un projet de recherche et d’enseignement commun.

 

L’ADN, un laser à photons

 

Afin de localiser quelle était la ou les sources des photons corrélés, Popp et ses collaborateurs ont effectué des expériences supplémentaires. L’équipe de Popp avait l’impression que cette source vibrante devait inclure la molécule d’ADN. Pour s’en assurer, ils ont modifié l’ADN chimiquement avec du bromure d’éthidium pour voir si cela avait un impact sur la décroissance de la bioluminescence. L’ADN est normalement enroulé en hélice, et il se déroule sous l’influence du bromure d’éthidium. Or on constate que parallèlement, la bioluminescence baisse. Il y a une relation de cause à effet bien visible entre la conformation de l’ADN et la bioluminescence. L’ADN est la source primaire et essentielle de l’émission biophotonique ultraténue.

 

L’équipe de Popp avait l’impression que cette source vibrante devait inclure la molécule d’ADN. Pour s’en assurer, ils ont modifié l’ADN chimiquement avec du bromure d’éthidium pour voir si cela avait un impact sur la décroissance de la bioluminescence. L’ADN est normalement enroulé en hélice, et il se déroule sous l’influence du bromure d’éthidium. Or on constate que parallèlement, la bioluminescence baisse. Il y a une relation de cause à effet bien visible entre la conformation de l’ADN et la bioluminescence. L’ADN est la source primaire et essentielle de l’émission biophotonique ultraténue.

 

l’ADN peut être qualifié d’antenne électromagnétique. Il en a les caractéristiques: à la fois allongé comme une antenne droite qui peut très bien capter les impulsions électriques, et circulaire (vu de bout) pour être une excellente antenne magnétique. C’est un oscillateur.

 

Georges Lakhovsky (1869 – 1942), un scientifique et ingénieur américain d’origine russe qui vivait en France, a été le premier à mentionner que les cellules et leurs noyaux pouvaient être considérés comme des oscillateurs biologiques. Ils se transmettent des informations en émettant des ondes électromagnétiques.

 

Cela signifie que les molécules d’ADN émettent en concertation, comme si elles communiquent entre elles. Le champ de biophotons est à la fois le résultat de l’ensemble des photons et aussi un champ enveloppant collectif qui assure la cohérence et l’unité du système biologique. On peut comparer cette communication au système de synchronisation d’une population de fourmis qui travaillent toutes à l’organisation commune, grâce l’information qu’elles reçoivent chacune de la part du champ collectif créé par elles.

 

Le champ de biophotons est porteur d’informations complexes qui circulent entre cellules et organes. Il dirige et coordonne toutes les activités métaboliques et de transformation. En introduisant la notion de champs énergétiques et ondulatoires, la biologie sort des descriptions basées uniquement sur des réactions chimiques et rejoint la nouvelle physique qui utilise le concept de champ d’informations.

 

Selon le biologiste Étienne Guillé (Le langage vibratoire de la vie), les zones non codantes fonctionnent comme des récepteurs et émetteurs de vibrations électromagnétiques. Les ions métalliques liés à la molécule d’ADN jouent un rôle de modulateurs des fréquences.

 

Communication entre les cellules par les biophotons

 

Après notre exploration des phénomènes électriques et lumineux des molécules, elles n’apparaissent plus seulement comme des volumes mécaniques légèrement plastiques comme les montrent la biologie conventionnelle, qui s’emboîtent comme des legos dans les réactions chimiques, ou se séparent et voyagent. Les molécules sont parcourues de mouvements électrodynamiques internes innombrables. Elles sont extraordinairement vivantes.

 

Des charges électriques circulent dans la molécule et modifient l’état énergétique des atomes. L’énergie est transmise à d’autres atomes, en modifie l’état et induit des émissions électromagnétiques. Les molécules d’ADN sont des antennes électromagnétiques. Leurs émissions atteignent d’autres cellules et leur transmettent des informations. Par les biophotons, les cellules échangent des informations.

 

Dès 1974, le docteur V.P. Kaznacheev et son équipe de recherche de Novosibirsk en Russie ont mis en évidence des communications entre les cellules. Après plus de 12’000 expériences, ils ont montré que ces communications étaient effectuées au moyen de radiations de biophotons dont ils ont déterminé les caractéristiques (référence, en russe: V.P. Kaznacheev, L.P. Mikhailova, Ultraweak Radiation in Cell Interactions, 1981, Nauk

 

Les ondes téléphoniques ou radiophoniques de notre quotidien sont des ondes électromagnétiques, des photons qui transmettent des signaux qui sont décryptés en sons dans les appareils d’écoute. De la même façon, les biophotons sont des ondes qui transportent des informations.

 

L’ADN peut donc diriger à distance les processus métaboliques de la cellule et fournir l’énergie nécessaire.

 

Une nouvelle découverte sur les biophotons

 

Une nouvelle recherche publiée le 19 janvier 2011 dans le Journal of Brain, démontre que les yeux des mammifères émettent spontanément une lumière induite par une faible émission de photons (biophotons).

 

Serait-il possible que les biophotons pourraient même être porteurs de l’information psi et qu’un couplage cohérent peut être établie entre deux formes de vie conscientes résultant en un transfert d’informations à partir d’un champ de potentiel plus élevé dans un champ à faible potentiel ?

 

“La lumière qui émane à travers l’œil humain, n’est pas «imaginée», mais réelle et ces biophotons contiennent de l’énergie et de l’information (onde-particule complémentarité de la lumière), capable de transformer notre compréhension les uns des autres, et nous-mêmes.” Sayer Ji auteur et fondateur de GreenMed Info.

 

Sources : Dr Alain Boudet, http://spirit-science.fr/doc_humain/ADN6photons.htm

 

Biophotons

 

• C. Choi,_ W. M. Woo, M. B. Lee, J. S. Yang and K.-S. Soh School of Physics, Seoul National University, Seoul 151-742
• J. S. Yang Graduate School of East-West Medical Science, Kyung Hee University Seoul 131-791
• G. Yoon Medical Application Project Team, Samsung Advanced Institute of Technology, Yongin 449-712
• M. Kim and C. Zaslawsky College of Traditional Chinese Medicine, University of Technology, Sydney, Australia
• J. J. Chang Institute of Biophysics, Chinese Academy of Science, Beijing, China
• Dr. Harold Saxton Burr (1889-1973) embryologiste et Professeur en neuro-anatomie
• Dr F.S. C. N. Northop Sterling, Professeur en philosophie, Dr. C.T. Land, D. L.F. Nims et le Dr. Leonard J. Rantz, neuro-spychiatre,
• Dr. Robert O. Beeker, M.D., Professeur en orthothérapédie au Centre médical de Syracuse et récipiendaire du Prix Nobel pour ses travaux sur les systèmes de contrôles électriques corporels
• Dr. Zhing Ronliang de l’Université de Lanzhou et de Shanghai Atomic Nuclear
• Pr T. Hisamitsu, A. Seto, C. Kusaka, C. Takeshige, S. Nakazato, T. Yamamoto et S.K. Aung du Département de Psysiologie de l’Université Showa de Tokio
• Institut International de Biophysique (IIB) à Neuss (Allemagne), spécialisé en Biophotonique regroupe les instituts et centres de recherches : d’Inaba et Hamamatsu (Japon), Li, Chang et Shen (Chine), Slawinski (Pologne), Anna Gurwitsch et Lev Beloussov (Russie), Mishra et Bajpai (Inde), Fröhlich, Hyland, Ho (Angleterre), van Wijk (Hollande), Musumeci (Italie), Fox, Jahn and Puthoff (USA).
• Pr Fritz-Albert Popp et son équipe de la Société Biophotonics.
• Dr Bernard Auriol psychiatre et psycho-analyste
• Dr David Bohm physicien et neuropsychologue
• Wave Genetic Inc. The DNA-wave Biocomputer
• Moscow Institut of Control Science
• Dr Richard Alan Miller physicien et biophysicien Beltame Corporation

 

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2737532/Could-soon-send-emails-telepathically-Scientist-transmits-message-mind-colleague-5-000-miles-away-using-brain-waves.html

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
17 avril 2012

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16