Sélectionner un langage
Liens Paracontacts
Groupe

 

Catalogue

 

Généralités

J’ai pensé faire une suite à la rubrique de l’Écho du passé en ajoutant des faits et des détails supplémentaires. Comme je le mentionnais antérieurement, au fil des ans,  nous avons enregistrés une multitude de phénomènes de sons audibles à l’oreille ou pouvant être entendus seulement sur les bandes audio ou vidéos. 

Sons captés par des appareils

Sur un enregistrement audio, nous entendons un coup de fusil : Une année plus tôt, une dame s’était suicidée de cette façon dans la maison. Nous étions dans la même pièce.

Dans le fort Stewart (1824) de l’île Ste-Hélène, des bruits de sabots et le hennissement de chevaux se font entendre. Jadis, dans un tunnel de cet endroit des chevaux tiraient charriots pour les militaires. Lors des enregistrements, le tunnel n’existait plus depuis longtemps.

Les cris d’un homme se font entendre dans les cachots souterrains de la Vieille-Prison de Trois-Rivières érigée en 1822. À cette époque, des Patriotes étaient emprisonnés dans ce lieu. Dans les cachots souterrains, les murs avaient 1 mètre d’épaisseur et la voix avait été captée dans le cachot le plus éloigné.

Au même endroit, au rez-de-chaussée, des bruits de pas et de déplacements d’objets sont captés dans une cellule filmée. Jadis, c’était une cellule réservée aux femmes (1851 à 1950). 

Dans le sous-sol de deux de nos équipiers, les enregistrements audios laissent entendre le bruit d’altères d’entraînement qui sont déplacées. 

Lors d’une enquête exécutée avec plusieurs membres de l’équipe, le son d’une scie jouet se fit entendre sur les bandes audios.  En vérifiant le jouet en question, il n’y avait aucune batterie pour le faire fonctionner.

Des coups de marteaux et le bruits de morceaux de bois qui sont déplacés sont captés dans une chambre froide. Anciennement, la maison avait une toute autre configuration.

Lors d’une enquête, les enregistrements audios nous permirent d’entendre les bruits de pas d’une entité qui montait l’escalier du sous-sol et qui s’arrêtaient un peu avant le rez-de-chaussée pour mieux nous écouter parler. Ensuite, après quelques instants, elle redescendait au sous-sol. Ce manège se répéta à trois reprises.

Un enregistrement audio laisse entendre le code d’une serrure à boutons poussoirs qui est composé dans une autre réalité devant une caméra. 

Un homme siffle sur le palier du 2e étage d’une maison. Sifflement capté par des enregistreurs.

Sur un audio, une femme dit : Qu’est-ce qu’elle dit ? pendant que deux membres de l’équipe discutent ensemble en marchant dans un ancienne chapelle.

En 2011, un membre de l’équipe demande à une présence de passer devant les caméras et cette entité répondit : < Mais pourquoi ? >.

Dans une chambre d’une auberge, lorsqu’une collègue prend des photos en rafale, sur une bande audio, une voix d’homme dit : C’est quoi tu vois ?

Dans maison située à St-Hyacinthe, au rez-de-chaussée, je frappe la surface de la table de façon rythmée et quelqu’un fait la même chose au sous-sol. Pourtant, à ce moment précis, il n’y a personne sur la vidéo de la caméra placée dans cette pièce.

Sur un enregistrement audio, les aboiements d’un chien se font entendre dans la maison. à ce moment, il n’y avait pas de chien aux alentours mais jadis, l’ancien propriétaire de la maison en avait un.

Dans un vieux garage, des bruits de scie à main et de morceaux de bois qui tombent ont été enregistrés.

En Beauce, une entité masculine qui n’apprécie pas nos questions sur sa vie passée frappe fortement dans la porte située derrière moi. 

Lors d’un contact exécuté devant 4 témoins, une entité mécontente frappa fortement sur un meuble et sur le mur de la pièce.

Pendant plusieurs jours, dans le sous-sol filmé d’une petite maison, des bruits divers se font entendre à différentes heures de la journée. Sur les enregistrements, nous pouvions entendre des bruits de chaises, de billes qui tombent et qui roulent, de tiroirs qui s’ouvrent, des bruits de pas, des murmures, des coups frappés sur du bois, une voix féminine, une voix masculine, des pièces de bois qui tombent, une porte qui s’ouvre et se ferme.

Au quatrième jour, nous avions décidé de faire le test suivant : Au rez-de-chaussée, l’un de nous frappa de façon rythmé sur le mur central pour voir la réaction des occupants invisibles. Quelques instants plus tard, à notre grande surprise, l’un de ces travailleurs d’une autre époque frappa à son tour de la même façon sur un mur. Il avait bien entendu le son rythmé des coups frappés plus tôt.

Sons audibles à l’oreille

Les sons entendus à l’oreille ont aussi été enregistrés par divers appareils :

Des tambours et des chants funéraires algonquins se font entendre à l’oreille dans le sous-sol d’une maison et sont enregistrés avec différents appareils. Vers 1690, des Algonquins habitaient cette région.

Dans la même maison et à la suite des chants, une femme algonquienne nous salue dans sa langue. Nous la saluons à notre tour dans sa langue. Elle nous entendait et nous l’entendions, pourtant nous n’étions pas de la même époque.

Lors un contact filmé exécuté devant témoins, une entité se présenta en prononçant son prénom < Assad > qui fut audible à l’oreille. Lors de ce contact, il nous parla de la future guerre en Syrie qui débuta une semaine plus tard.

Dans un sous-sol, des tambours militaires se font légèrement entendre à l’oreille. À cet endroit vers 1760, les soldats britanniques avaient érigé un campement.

Dans un église en rénovation, des pas d’enfant qui court sont entendus par 6 personnes.

De la cuisine, nous entendons le bruit d’un ruissellement provenant du hall d’entrée.  En vérifiant la pièce, nous constatons que le bruit d’eau provient d’un cadre de bois suspendu au mur renfermant la photographie d’arrières-parents. Nous sommes étonnés parce qu’il n’y a pas de trace d’eau ni même de tuyaux dans ce mur.

Des coups violents sont frappés devant 5 témoins dans la porte secondaire d’un chalet. Le balcon en hauteur donnant accès à cette entrée n’était pas fini.

Des bruits de pas qui descendent graduellement un escalier menant au sous-sol sont entendus par 6 personnes.

De lourds bruits de pas sont captés dans une chambre servant de salle d’exercices. C’était comme si un individu portait des bottes de construction.

Devant 6 personnes, des coups sont frappés à répétition dans une vieille porte double qui semble gondoler sous les coups.

Le lendemain que notre chien fut euthanasié, nous entendîmes sa laisse de cuir bouger dans la garde-robe.

Une femme mécontente lance un cri dans les escaliers d’une maison. Ce cri a été entendu en direct par la dizaine de témoins et a été enregistré.

Dans notre sous-sol, devant cinq témoins, une voix féminine dit :  < LIVE >  en voyant ce mot affiché sur l’écran d’une application.

Dans la cage vide d’un escalier d’un vieux bâtiment, la voix de deux femmes en grande discussion est entendue à l’oreille par 4 membres de l’équipe. 

En 2012 sur une île renommée pour être hantée, des coups sont frappés sur un arbre se font entendre à 5 témoins.  Nous répondons en frappant sur un arbre avec un rondin et quelqu’un nous répondit de la même façon. Il n’y avait personne d’autre sur l’île et cela nous permit de découvrir un vieux cimetière autochtone.

Dans maison située à St-Hyacinthe, au rez-de-chaussée, je frappe la surface de la table de façon rythmée et quelqu’un fait la même chose sur un petit tam-tam placé au sous-sol.

Un soir vers 00 h 30, mon chien sursauta en entendant des coups frappés sur mon tambour accroché au mur de mon bureau.

Des coups sont frappés dans une porte patio pendant que nous sommes au salon. La vidéo prouva que personne n’était monté sur le balcon à ce moment.

Un certain soir d’automne, vers 23 h 00, la sonnette de la maison sonna à deux reprises. À chaque fois, il n’y avait personne mais nos deux chiens détectaient une présence alors invisible à nos yeux.

Notre théorie demeure la même

En réécoutant attentivement ces enregistrements et en se replaçant dans le contexte où ils avaient été captés, cela nous amène à penser qu’il pourrait s’agir d’un phénomène de distorsion du temps et de l’espace. En effet, il pourrait s’agir d’une anomalie spatio-temporelle ou faille temporelle (time rift ), causée par une faiblesse dans l’éther ou matrice, c’est-à-dire un point (vortex) où deux parties d’espace-temps se touchent momentanément et qui permettrait à une personne du passé d’être vue ou entendue à une autre époque plus récente ou encore plus ancienne.

En s’appuyant sur les découvertes des scientifiques : Pr von Grazyna Fosar, physicien & astrophysicien, Pr Franz Bludorf , physicien & mathématicien, Dr.Vladimir Poponin physicien quantique, Dr Pjotr Garjajev biologiste, Dr David A. Ash physicien et Peter Hewitt MA en science naturelle, ces anomalies ou vermoulures pourraient être plus actives en présence des médiums, des guérisseurs et des personnes ou groupe en état d’hypercommunication médiumnique.

Roger Mainville / Plume-Parlante

25 septembre 2020

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16