Fantômes imaginaires

 

 

cerveau

 

Des études en science cognitive et en psychologie stipulent que si les gens croient aux fantômes, ils ont plus de chance d’être convaincus d’en avoir vu un. Et s’il se passait quelque chose d’inexplicable autour d’eux, alors la cause sera un fantôme.

 

Cette hypothèse s’applique aussi aux phénomènes de voix électroniques (PVE). Si les gens croient entendre la voix d’une entité, ils ont plus de chance de se convaincre de l’entendre. Les psychologues appellent cela : l’approche descendante (top-down ou de haut en bas).

 

Selon ces chercheurs, si les gens ne sont pas informés de ce qu’ils sont censés entendre ou ressentir, ils n’entendrons ou ne ressentirons rien, sauf peut être un bruit quelconque. Lorsque les participants sont avisés que l’endroit est hanté et peuplé de fantômes, ils vont entendre et ressentir des choses reliées aux fantômes. Des psychologues croient que certains phénomènes paranormaux sont des créations du cerveau.

 

Encore une fois, tout est axé sur les facultés de l’être humain et non sur les phénomènes qui pourraient être indépendants de lui. Effectivement, il y a des gens qui croient fermement qu’ils sont en présence de fantômes mais dans leur cas, ce n’est que purement imaginaire. Par contre, il y a des centaines de personnes qui vivent de véritables phénomènes paranormaux dans leur propre demeure et parfois ailleurs devant des témoins.

 

L’approche stipulant que tout se passe uniquement dans la tête des gens n’est pas descendante mais plutôt condescendante. Heureusement, de nous jours, il y a des approches scientifiques plus ouvertes.

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
02 mai 2015

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16