Get Adobe Flash player

 

Gratitude

 

 

 

Au fil des ans, nous avons parcouru beaucoup de routes et conseiller des gens de d’autres pays pour les aider à mieux comprendre ce qu’ils vivaient dans leur propre demeure. Certes, les remerciements chaleureux sont toujours réconfortants et touchants mais certains le sont plus que d’autres. C’est ce que nous avons vécu le 3 juin 2017 en Montérégie.

 

Quelques jours auparavant, notre équipière Shirley nous informa qu’une dame demandait nos services pour aider son amie Mélanie qui vivait d’étranges choses dans son logis. Durant la même semaine, elle nous envoya deux vidéos dans lesquelles nous pouvions voir la femme en question qui, de toute évidence, semblait affaiblie et d’une humeur très instable. Le visionnement ne nous permettait pas de se faire une idée claire de la nature du problème. Effectivement, sans connaître le contexte et n’étant pas sur place, il était difficile de savoir si nous avions affaire à un cas psychologique ou autre.

 

Finalement, j’ai réussi à parler au téléphone avec le conjoint de la dame en question. Il m’expliqua que tout avait commencé il y a quelques mois, lorsque sa conjointe fit une purification dans leur logis en prévision de chasser une possible présence malsaine. Surpris, je lui ai alors demandé quelle raison la poussait à croire qu’il y avait une entité malveillante dans la place. C’est alors qu’il me répondit que son épouse était sensitive et que quelques jours plus tôt, elle avait tenté de venir en aide à un individu hanté par une présence négative. Suite à cet événement, les choses se gâtèrent car selon eux, des bruits bizarres se firent graduellement entendre et l’air de l’appartement était devenu plus lourd.

 

Lorsque des amis les visitaient, ils disaient ressentir quelque chose de malsain ou une présence malveillante. Ces commentaires engendrèrent graduellement un effet boule de neige car le couple quitta prestement leur logis pour se réfugier dans un autre appartement situé quelques kilomètres plus loin. Après quelques minutes de conversation, je lui dit que je le rappellerais sous peu. Pendant les heures suivantes, je réfléchissais sur ce cas, car selon moi la dame n’était pas possédée mais n’étant pas sur place pour le vérifier moi-même, je n’émettais pour le moment que des suppositions.

 

Lucie mon épouse et équipière depuis plus de 25 années, me suggéra d’organiser rapidement une visite chez ce couple car elle ne supportait pas le fait que la dame vive dans la peur et l’angoisse. Trois membres de l’équipe alors disponibles, nous proposèrent d’être volontaires pour cette rencontre. Le samedi suivant, vers 14 h 00, j’entrais dans l’appartement en compagnie de Lucie, Anick, Shirley et Jonathan mon fils. Notre hôte nous fit entrer et alla chercher sa conjointe qui était couchée dans la chambre. Quelques instants plus tard, Mélanie est venue nous rejoindre au salon. À cet instant, sur son visage, nous pouvions voir la fatigue et l’anxiété. Notre présence ne semblait pas la rassurer et sa nervosité était de plus en plus évidente.

 

Dès qu’elle fut assise sur le divan, nous lui avons expliqué que nous étions-là pour l’aider et la rassurer. Elle nous écoutait attentivement et ses yeux laissant entrevoir la peur et évitaient notre regard. En lui parlant doucement, je m’approchais graduellement d’elle. De toute évidence, Mélanie qui s’enfonçait de plus en plus au fond du divan, ne voulait pas que je m’approche et encore moins que je touche ses mains.

 

Son attitude et son comportement particuliers nous laissaient perplexes. Pour nous assurer que nous n’avions pas affaire à un cas de pré-possession ou de possession, nous devions agir rapidement. Le couple n’était pas au courant, mais pour l’occasion nous avions préparé quelques pièges (ruses) pour mieux tester l’état de la dame.

 

Les membres de l’équipe formèrent un demi-cercle derrière moi et se tenaient prêts à intervenir s’il le fallait. Après avoir expliqué le rôle du wampum rouge (ruban), à notre demande, le mari l’attacha au poignet de sa conjointe. À leur insu, il fut préalablement imbibé d’eau lustrale (eau sacrée de purification) servant à la cérémonie autochtone de l’Osha (médecine de l’Ours). Mélanie eu un petit moment de panique mais une fois rassurée, elle resta calme et écouta les paroles réconfortantes de mes équipiers. Sans perdre de temps, je pris une branche de cèdre (imbibée elle aussi) pour asperger la femme qui, à ce moment n’a pas eu de réactions alarmantes. Ensuite, je la purifiai avec une plume sacrée (imbibée) en lui touchant le front, les épaules, les bras et les mains. Pendant que j’effectuais la purification, nous demeurions attentifs à ses moindres mouvements mais elle devenait de plus en plus calme.

 

Puis vint le dernier test, celui du verre d’amitié qui permet de clore la purification. En réalité, cette ruse consiste à verser de l’eau lustrale dans un verre ou une bouteille pour l’offrir à la personne possédée ou suspectée de l’être. Normalement, l’esprit possesseur la détecte rapidement même parmi d’autres contenants identiques. Sans entrer dans les détails, disons que l’eau (lustrale….bénite…sainte, sacrée….de la Terre-Mère) a une mémoire et peut être influencée (conditionnée) par la pensée des gens (prêtres, chamans, aidants….). C’est un fait scientifiquement reconnu et les Sumériens, qui l’utilisaient dans leurs rituels d’exorcisme, connaissaient ce principe. Quoi qu’il en soit, Mélanie pris une gorgée sans broncher et déposa le verre sur la table du salon.

 

Elle n’était donc pas possédée mais pendant le rituel chamanique des coups frappés dans un mur de la cuisine se firent entendre. C’était peut-être un signe de colère de la part d’un esprit possesseur qui n’en était qu’au stade d’intrusion et d’hantise. Peu importe, la purification était terminée et la victime allait mieux. En effet, au fil des minutes, Mélanie retrouva son beau sourire et sa paix intérieure.

 

Avant notre départ, Mélanie serra chacun de nous dans ses bras et nous dit un grand merci dont la sincérité fit vibrer nos coeurs. Quelques jours plus tard, je les contactai pour avoir des nouvelles et tout allait merveilleusement bien. Le couple était de retour dans leur ancien appartement et dans la joie, il profitait de chaque moment de la vie.

 

Pour nous remercier, le couple et leur amie nous envoyèrent un message de gratitude qui nous encourage à continuer ce que nous faisons.

 

< < Bonjour à toute l'équipe, je veux vous remercier pour le travail exceptionnel que vous nous avez apporté pour ma grande amie, son copain et moi. Vous nous avez débarrassé d'un potentiel danger. Vous êtes la seul équipe qui a voulu nous venir en aide malgré que vous ne saviez pas ce qui se cachait pour mieux manipuler mon amie. Nous savons maintenant sur qui compter si nous sommes en détresse avec des phénomènes paranormaux. Paracontacts.tm est la seule en qui nous avons confiance. Vous prenez à coeur la vie des gens. Au nom de Pascal, Mélanie et Mélissa... Merci infiniment, au plaisir de se revoir.>>

 

La gratitude, c’est modifier le regard que l’on porte sur autrui et la manière de se comporter dans ce monde. C’est une attitude efficace qui permet de combattre le négativisme qui nous entoure. La gratitude est un baume au coeur des aidants naturels et surnaturels.

 

Pour terminer, je dirais que les cas de possession et d’hantise ne courent pas les rues mais ils existent depuis toujours. Ils ne sont pas bien compris parce que c’est quelque chose qui dépasse l’entendement de la plupart des êtres humains qui n’ont jamais vécu une telle expérience.

 

Étaient présents :

 

– Shirley Brassard
– Lucie Courchesne
– Anick Lauzon
– Jonathan Mainville
– Roger Mainville

 

Plus un témoin

 

Roger Mainville – Plume-Parlante
Groupe Paracontacts
9 juin 2017

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16