Illusion auditive et PVE

 

 

illusion

 

Certaines personnes affirment que les phénomènes de voix électroniques (PVE) ne sont que des hallucinations ou des illusions auditives ou effet McGurk. Pour le chercheur Henri Ey, une hallucination est une « perception sans objet à percevoir » qui consiste en des perceptions auditives anormales qui surviennent en l’absence d’un stimulus acoustique correspondant. En d’autres mots, la présence d’un son n’est pas requise pour avoir une hallucination auditive.

 

En ce qui concerne les illusions auditives ou sonores, le chercheur John Chowning stipule que ce phénomène est la conséquence d’une impression selon laquelle un son est perçu tandis qu’il n’est pas émis. D’après Clarisse Baruch de l’Université Descartes, les illusions auditives peuvent être définies comme se produisant chaque fois que notre perception du son est en désaccord avec sa description physique ou acoustique. Selon Dixon, Mykel, Daves, Ayres et Clarck, chercheurs pour la Fondation de Recherche sur les Impressions Subliminales (FRIS), une impression sonore est par exemple, une phrase courte ou un son ou un mot, diffusé à un niveau trop faible pour être perçu consciemment mais qui est tout de même enregistré et décodé par le cerveau. En psychologie, il y a l’effet “Forer” ou ‘’Barnum” connu sous le nom de < effet de validation subjective > qui par exemple, consiste à fournir une image cohérente de ce que nous voyons et entendons, même si un examen précis des éléments révèle qu’elle est en faite vague et confuse.

 

frequeces

 

Ces théories démontrent qu’une illusion auditive ou sonore est semblable à une illusion optique. C’est une déformation ou mauvaise interprétation du son entendu. Un mot confus, n’est pas nécessairement encodé et subliminal mais plutôt subjectif car il peut en suggérer un autre. Ce qui nous amène à penser qu’un PVE perçu à travers les bruits blancs (interférences parasites) ou les bruits roses (bruits aériens ambiants) pourrait être interprété de différentes façons et ne seraient pas nécessairement une voix d’outre tombe.

 

<< Si on s’attend à entendre des voix, la perception constructive va produire des voix…les Indiens croyaient que les morts parlaient quand le vent soufflait à travers les branches des arbres. Le magnétophone a simplement apporté cette illusion dans l’âge de la technologie. >> (Terrence Hines 1987 : 76). Or, depuis ce jour, la technologie a évolué et les experts en phénomènes de voix électroniques se sont perfectionnés.

 

L’efficacité des appareils modernes, nous permet de faire des observations objectives. Lorsqu’un PVE est traité par un logiciel de traitement audio, on peut facilement déceler le son de la voix, l’amplitude, sa fréquence, sa modulation ainsi que son emplacement sur la bande. Si le spectrogramme révèle l’existence du son capté et qu’en plus, celui-ci soit par la suite enregistré sur disque et entendu par plusieurs personnes, il n’est donc pas une hallucination ni l’illusion d’un son non émis. Dans le cas des PVE et des VDR (voix directe par la radio), l’hypothèse de l’illusion, de l’effet Forer ou du subliminal s’effrite lorsque la voix captée répond intelligemment à des questions, en nommant des noms et en relatant des faits ou en dévoilant des informations vérifiables. L’interprétation est aussi facilitée par ces nouvelles technologies qui permettent d’isoler, de ralentir, d’amplifier, de varier la vitesse et d’analyser le son capté. Malgré cela, il ne faut jamais se fier à nos premières impressions.

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
9 mai 2015

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16