La mort

 

 

mort1

 

Il n’est jamais aisé de parler de la mort parce que pour la plupart d’entre nous, elle met fin à la vie. De plus, elle fait peur parce qu’elle représente le néant, le vide et le départ vers l’oubli ou quelque chose qui nous est totalement inconnu. Malgré qu’elle soit dans certains cas une délivrance pour ceux qui souffrent physiquement, accepter de mourir à notre époque où nous sommes souvent trop rationnels, n’est pas facile.

 

< < La vie si courte, si longue, devient parfois insupportable. Elle se déroule, toujours pareille, avec la mort au bout. On ne peut ni l’arrêter, ni la changer, ni la comprendre. Et souvent une révolte indignée vous saisit devant l’impuissance de notre effort. Quoi que nous fassions, nous mourons ! Quoi que nous croyions, quoi que nous pensions, quoi que nous tentions, nous mourrons. >> Guy de Maupassant (1850-1893) écrivain.

 

mort4

 

Dans sa justice, la mort ne fait aucune distinction entre les religions, les races, la couleur de la peau, la richesse et la pauvreté. Aucun faux dieu inventé par les hommes n’a de pouvoir sur cette manifestation naturelle. Elle semble cruelle mais, peut-être devrions nous dire qu’en plus de marquer la fin d’une enveloppe corporelle, elle sert aussi de passage d’une réalité à une autre ? Malgré qu’elle soit aussi mystérieuse que l’Univers dont nous ne connaissons à peine que 4% de sa matière (CERN), des études scientifiques et journalistiques nous la font découvrir d’une autre façon. D’ailleurs, tout à commencé avec un écrit d’Albert Einstein.

 

La mort selon Einstein

 

Après la mort de son ami physicien Michele Besso, Einstein déclarait: « Besso a laissé ce monde étrange un peu avant moi. Cela ne signifie rien. Les gens comme nous… savons que la distinction entre passé, présent et futur n’est rien d’autre qu’une illusion absurdement persistante » En vérité, l’esprit humain transcende les barrières du temps et de la mort. De nouvelles preuves suggèrent qu’Einstein avait raison, déclare Roberto Lanza dans le quotidien britannique The Independent.

 

Pour Roberto Lanza, il existe bien une vie après la mort et les preuves se trouvent dans la physique quantique, principalement dans le biocentrisme. « La mort n’est qu’une illusion ». Nous croyons à la mort parce que l’on nous a appris que nous mourions ».

 

« La mort n’existe pas dans un espace spatio-temporel. L’immortalité ne signifie pas une existence perpétuelle dans le temps mais réside entièrement hors du temps », expliquait en 2011 Roberto Lanza dans la revue Psychology Today.

 

mort14e

 

L’étude AWARE

 

Pour prouver l’Après-Vie, il faut faire des observations et récolter des données. Pour y parvenir, durant quatre années consécutives, les scientifiques de l’étude AWARE (2014) ont méthodiquement recensé les cas d’arrêts cardiaques pris en charge par les services médicaux de réanimation de cinq hôpitaux nord-américains et britanniques.

 

L’objectif, pour les chercheurs, était en effet de déterminer si les perceptions relatées durant les EMI / NDE (Expérience de mort imminente) correspondaient à des évènements spécifiques survenus dans le bloc opératoire durant le laps de temps où le cœur du patient était arrêté. En d’autre terme, si la conscience du sujet et sa capacité à percevoir l’environnement avaient pu exister dans un corps dans lequel la circulation sanguine est interrompue.

 

L’étude AWARE a inclus 330 arrêts cardiaques ressuscités dont 140 étaient éligibles. Chacun des patients – des hommes à 67 %, d’âge moyen : 64 ± 13 ans (21 – 94) – a été interviewé sur ses souvenirs et son état de conscience au moment de l’arrêt cardiaque et de la réanimation. A l’issue d’un premier entretien, 61 % (85 des 140 patients) ont rapporté n’avoir aucun souvenir ni conscience de quoi que ce soit pendant l’épisode d’arrêt cardiaque. Et bien qu’aucun signe clinique d’un quelconque état de conscience n’ait été rapporté (pas de réponse moteur, ni verbale à la douleur, yeux clos et score de Glasgow de 3/15), 39 % (55/140) des participants à l’étude ont décrit à l’interview une sensation/souvenir de quelque chose, mais sans pouvoir forcément formuler ce dont il s’agissait. En d’autres termes, 39 % des ressuscités disent avoir ressenti quelque chose pendant cette mort.

 

mort11

 

Au cours d’une seconde étape, 101 personnes sur les 140 ont été réinterrogées quelques temps après (celles qui étaient en état de répondre à une interview). Les 85 personnes qui n’avaient gardé aucun souvenir/perception de l’arrêt cardiaque ont confirmé leurs dires, là encore pour celles qui étaient en état de le faire (soit 46 d’entre elles).

 

Parmi les autres participants à l’étude :

 

• -9 des 101 (9%) ont rapporté des « sensations » compatibles avec ce qui est décrit lors des NDE (lumière, impression de bien-être, etc),
• -46 (46%) ont évoqué des souvenirs précis mais sans rapport avec les descriptions classiques des NDE,
• -2 (2%) des 101 personnes ré-interviewées ont été capables de décrire l’épisode de l’arrêt cardiaque et de la réanimation avec des détails visuels et auditifs précis. Source : AWAreness during REsuscitation

 

Précisons que l’hypnose aurait pu contribuer à la visualisation de certains souvenirs comme il fut le cas dans d’autres études.

 

mort3

 

Une enquête auprès des médiums

 

Stéphane Allix, journaliste et fondateur d’INRESS, vient de publier « Le test. Une enquête inouïe : la preuve de l’après-vie ? ». Voici un bref résumé de son entrevue du 05 janvier 2016 avec Paris Match :

 

C’est à la mort de votre père que vous décidez d’écrire “Le test” ?

 

< < Oui. Je savais qu’il aurait aimé participer à une telle expérience. J’ai caché des objets dans son cercueil. Je n’en ai parlé à personne, pas même à ma femme. Mon hypothèse était la suivante : mon père est vivant quelque part, aussi je lui demande de dire à des médiums que je vais aller interroger quels sont ces objets.>>

 

Quelle est votre conclusion ?

 

< < Mon père y est parvenu. C’est stupéfiant, incroyable, extraordinaire ! Les résultats de mon test accréditent l’hypothèse que la vie se poursuit après la mort.>>

 

Comment les défunts communiquent-ils avec les médiums ?

 

< < Ils se rapprochent de notre monde. Cela demande de l’énergie aux médiums et aux défunts. Plusieurs médiums m’ont dit : “Ton père est très loin, il est obligé de se rapprocher.” A l’instar d’un tunnel ou d’un passage conduisant du monde des morts vers celui des vivants et vice versa. Médiums et défunts se rencontrent au milieu, là où s’opère la communication.   Au moment où la personne meurt, des proches décédés l’attendent pour l’emmener dans ce que j’appelle “le monde invisible”. Même les médecins et les infirmiers qui travaillent en soins palliatifs le décrivent.   Il est admis que la conscience est produite par le cerveau, comme la bile l’est par le foie. Si le cerveau est en état de mort clinique, la conscience devrait s’arrêter. Or, c’est l’inverse qui se produit lors des EMI. Est-ce une activité résiduelle dans le cerveau ? La persistance d’un esprit, d’une âme indépendante capable de lui survivre ? Aujourd’hui, cette hypothèse est prise très au sérieux par une partie du monde médical. >> Stéphane Allix, Paris Match 05-01-2016

 

Une enquête auprès des défunts

 

Une bien curieuse enquête vous allez dire mais, puisqu’il nous est impossible d’apporter sur soi une caméra lors de notre propre mort afin de prendre des photos probantes de l’au-delà ou d’envoyer une sonde pour explorer ce monde invisible, il faut alors se baser sur les témoignages des personnes ayant vécu une EMI / NDE, sur des observations scientifiques et sur des informations inconnues des participants récoltées pendant les séances d’hypercommunication.

 

Comme je le mentionnais dans le document précédent intitulé, Esprit-Conscience, pendant 48 années, nous avons effectué plus de 6500 contacts avec autant de témoins dont plusieurs séances furent filmées. Au fil des ans, parmi les observateurs, il y avait des juges, des avocats, des journalistes, des chercheurs, des médecins, des professeurs universitaires, des ingénieurs, des infirmières, des techniciens, des policiers, des enquêteurs, des prêtres, des médiums, des thérapeutes, des sages-femmes, des guérisseurs, d’autres chamans, etc. Cela nous a permis de recueillir une multitude de données, des informations qui nous étaient alors inconnues, des témoignages de personnes trépassées et d’Esprits-Guides avec qui nous travaillons fréquemment. Puisque plusieurs de leurs messages furent d’une grande précision, nous croyons qu’il serait intéressant de vous en énumérer quelques uns.

 

À vous d’en tirer vos propres conclusions :

 

• La mort n’est qu’une illusion (message fréquent). L’Esprit -Conscience continue son évolution hors du corps servant uniquement de véhicule pour accomplir des tâches physiques.
• Les trépassés peuvent accéder au passé, au présent et au futur car pour eux le temps n’existe pas.
• La mort provoque la sortie du corps
• Certains défunts subissent un choc passager lors de cette traversée
• Les médicaments affaiblissent temporairement la mémorisation de cette expérience
• Je ne souffre plus dit un homme mort d’un cancer
• La majorité rencontre des parents et des amis
• La plupart se font aussi aider par un être de lumière
• J’ai de la peine en voyant mes enfants qui pleurent mon départ
• Plusieurs ont vu des aurores boréales après leur traversée
• J’ai assisté à mes funérailles ! J’ai vu la rose que tu as déposé sur ma tombe !
• Certains refusent temporairement d’accéder à la lumière (vivante) ou au tunnel lumineux.. Ils veulent revenir à la vie ou ne veulent pas quitter leurs proches ou leurs biens.
• La majorité a besoin d’une période d’adaptation à ce nouveau mode de vie
• Les criminels sont pris en charge et sont confinés dans un lieu de purification
• Des sadiques, des criminels et des êtres voués à la méchanceté peuvent errer hors de la lumière en tentant de continuer leurs méfaits
• Après la traversée de la lumière, la majorité des défunts parlent d’un lieu ”dimensionnel” magnifiquement coloré semblable au nôtre
• Tous craignent d’être oublier
• L’Autre-Monde n’est pas une prison ni un endroit fermé à double tour
• Après la mort et la traversée du tunnel, il est possible de revenir dans ce monde physique pour visiter ses proches
• Selon les témoignages, cette dimension ”astrale” s’imbriquerait à la nôtre
• Curieusement, des Athées, des Catholiques, des Protestants, des Orthodoxes, des Musulmans, etc., ont demandé les mêmes choses : Des prières et une messe peu importe la langue et la religion employées. C’est comme s’il s’agissait d’un rite de passage car de l’autre côté, selon eux, il n’y a plus aucune forme de religion mais il y aurait un Être supérieur.

 

mort5

 

mort6

 

mort7

 

mort8

 

mort9

 

mort10

 

mort111

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
26 janvier 2016

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16