La preuve

 

preuve1

 

«« Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir, s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous en connaissons que la représentation que nous en faisons ! »» Albert Einstein

 

 

Le paranormal

 

Il y a quelque temps, je lisais un article d’un journaliste relatant l’entrevue d’un scientifique qui donnait son opinion sur le domaine du paranormal. Il se disait sceptique face aux équipements utilisés pour prouver la présence de fantômes dans des lieux supposément hantés. Pour sa part, il n’y a aucune théorie qui démontre un rapport probant entre les entités et les champs électromagnétiques. Pour lui, les orbes ne seraient que des particules de poussière réfléchissant la lumière.

 

Naturellement, chacun a droit à son opinion et il n’a pas tout à fait tort sur certains points. Les poussières, les pollens, les spores et les particules en suspension dans l’air, sont souvent confondus avec les vrais orbes qui se propulsent par eux-mêmes dans diverses directions. Les orbes mobiles et perceptibles à l’infrarouge ou avec une lentille sensible font partie des ETIs (Entités Terrestres Invisibles) que nous filmons à diverses températures depuis 2011 et qui ont aussi été captés par un groupe de scientifiques de la Floride. Dans une maison abandonnée dépourvue d’électricité, la théorie des champs électromagnétiques ne tient plus la route mais le lieu peut tout de même être hanté (habité ou visité) par quelque chose. En effet, l’endroit n’est pas vide d’énergie pour autant ! Nous y reviendrons dans un autre document. Concernant les équipements et les appareils utilisés sur place, effectivement aucun d’eux ne peut prouver hors de tout doute la présence d’une entité mais plusieurs peuvent détecter des anomalies recherchées. La technologie évolue, les logiciels, les senseurs des détecteurs, les micros et les caméras HD, UV et IR sont plus sensibles permettant ainsi de capter des choses que nos oreilles, que nos yeux ou que nos sens ne détectent pas. Et, nous ne sommes plus à l’époque où l’individu revêtu d’un sarrau blanc passait pour un dieu de la connaissance. Je n’ai rien contre les scientifiques au contraire car j’ai des amis parmi eux mais, faut admettre que les plus grandes inventions ont été faites par des autodidactes sans diplôme (Darwin, Tesla, Meyer, Edison, Gates……). Aujourd’hui, les technologies facilitent les analyses et le travail des experts.

 

Dans l’entrevue journalistique, le scientifique en question disait que, le paranormal ne peut être analysé par la science, car il n’est pas reproductible. En réalité, les phénomènes indépendants de notre volonté ou de notre esprit ne sont pas reproductibles car ils peuvent survenir n’importe où et à tout moment. En effet, au fil des ans, nous avons capté des voix d’hommes, de femmes et d’enfants, des bruits de pas, de portes qui s’ouvrent et qui se ferment, des phénomènes lumineux, des orbes très rapides, un homme qui sort d’un mur pour quitter par un autre…..et jamais nous n’avons pu prévoir à quel moment aura lieu ces manifestations. Nous pourrions aussi parler des cas de poltergeist de Cardiff et d’Enfield à Londres, de Leonshire en Écosse ou de Ste-Catherine en Ontario mais j’aimerais plutôt m’attarder sur un autre sujet. En effet, mon plus grand désaccord provient du fait que selon ce scientifique et plusieurs autres, les témoignages des gens sur place ne sont pas des preuves.

 

La fameuse preuve

 

Il est difficile de juger une situation sans l’avoir vécue soi-même ou sans connaître tout le contexte. Pour cette raison, personne ne peut affirmer qu’un événement n’a pas eu lieu tel que rapporté par un témoin. Il est d’autant plus difficile de dire qu’une observation est improbable lorsqu’elle a été faite au même moment par plusieurs individus. Malgré les témoignages étoffés (rapports, photos, vidéos) des gens issus de différents milieux incluant des policiers, des soldats, des enquêteurs, des ingénieurs, des techniciens, des journalistes, des analystes, des marins, des officiers, des politiciens, des pilotes et des astronautes, plusieurs exigent une preuve scientifique.

 

Comme si la preuve scientifique était infaillible ! Elle est utilisée en science bien sûr mais aussi dans les médias, en marketing et dans différents domaines. Certains utilisent les termes « preuve scientifique » pour vendre des pâtes dentifrice, de la nourriture pour animaux, des produits amincissantes et des savons à lessive. De plus, elle a le dernier mot dans les tribunaux du monde entier. Et pourtant… La preuve scientifique n’existe pas ! Autrement dit, si l’hypothèse est prouvée, c’est seulement à titre de probabilité. La théorie n’est jamais “prouvée”, elle est constamment en état de réexamen, et conservée tant qu’une théorie plus efficace n’est pas mieux validée par des expériences plus pertinentes. Et, cette théorie prouvée peut être anéantie ou remise en question par une autre théorie un siècle plus tard.

 

Un événement dont la description serait en contradiction avec les lois de la physique, tel qu’une observation d’O.V.N.I., fera difficilement partie d’une preuve scientifique parce qu’il n’est pas reproductible, difficilement explicable et souvent considéré comme étant imaginaire. Mais, on ne peut pas dire qu’à défaut d’un rapport scientifique rien n’est valable, au contraire car, fut un temps où des agents du gouvernement obligeaient les témoins à garder le silence sur leur observation pendant près de 20 ans. J’ai moi-même signé un tel document en 1974.

 

À Montréal le 7 novembre 1990, plusieurs personnes incluant des policiers et des journalistes ont été témoins de l’apparition d’un énorme objet aérien presque immobile au-dessus de la Place Bonaventure. D’ailleurs, ce fut le plus beau cas du Canada. Pendant 2 h 30, cet engin silencieux d’un diamètre de 545 m (l’équivalent 3 terrains de football) défiant la gravité, se maintenait à une altitude approximative de 8 000 m. Les témoins ne pouvaient pas confirmer que cet objet volant non identifié (O.V.N.I.) était d’origine extraterrestre mais tout le monde croyait de toute évidence avoir affaire à quelque chose de non terrestre. Cette observation extraordinaire a été rapidement désinformée et étouffée. Des cas semblables, nous en retrouvons partout dans le monde.

 

preuve5

 

Ces observations ont un grand pouvoir de conviction car elles constituent souvent des preuves empiriques tout à fait valables et fondées sur la déduction et l’évidence. Il est grandement temps d’adapter de nouvelles méthodes d’étude aux observations, à chercher à comprendre, à analyser méthodologiquement les faits, les photographies ou les vidéos. Notre manque d’ouverture d’esprit, risque de nous faire passer à côté de choses vraiment importantes.

 

Roger Mainville – Plume-Parlante
Groupe Paracontacts
7 septembre 2016

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16