Sélectionner un langage
Liens Paracontacts
Groupe

 

Catalogue

 

Généralités

 

L’auberge Lakeview Inn

 

 

lakeviewity

 

Auberge Lakeview Inn
50 rue Victoria
Ville de Lac Brome (Knowlton)Québec
J0E 1V0

 

Dimanche le 2 décembre 2012, l’équipe de Paracontacts s’est rendue au Lac Brome dans les Cantons-de-l’Est (Estrie) pour y effectuer la première phase d’une enquête dans un prestigieux établissement hôtelier classé monument historique. Situé dans le pittoresque village victorien de Knowlton, l’Auberge Lakeview Inn , nous a ouvert ses portes pour nous faire découvrir son histoire et son somptueux décor. Ce village enchanteur inauguré en 1894 est bordé par les monts Foster, Gauvin et Glenn ainsi que par le lac Brome.

 

À notre arrivée vers 16 h 30, nous avons été accueillis par le gérant général, un scientifique à la retraite, qui nous a fait visiter l’endroit tout en nous racontant l’histoire de l’auberge érigée en 1874 dans un style de l’Époque victorienne. Dans le magnifique salon, nous avons été surpris de voir un ancien registre affichant des noms de dignitaires et de personnalités bien connues s’étant retrouvés dans cet établissement réputé pour s’évader ou pour y tenir des réunions.

 

lakeview1

 

Parmi ces personnages, il y avait les Premier ministres : Sir Wilfrid Laurier, Arthur Leighen, Robert Borden, John Diefenbaker et plus récemment Paul Martin qui se faisait un plaisir d’y réunir son caucus en ces murs empreints d’histoire. Des dignitaires tels que : Boutros Boutros Ghali, Secrétaire général de l’ONU et de la Francophonie. Il y a eu aussi les grandes vedettes du monde du spectacle, tels que : Marlon Brando, Andy Williams et Christopher Plummer. Nous aurions pu passer des heures à écouter notre hôte mais nous devions installer nos équipements. Il était déjà 17 h 30, nous avions beaucoup de pièces à couvrir et à investiguer en peu temps car notre départ était fixé pour 23 h 00 maximum. Notre but était de découvrir si une quelconque activité paranormale s’y déroulait car, notre visite dans cette auberge réputée, n’était basée que sur quelques témoignages.

 

lakeview2

 

Vers 19 h 30, l’installation des appareils était terminée. Nos détecteurs de champs électriques, magnétiques et électromagnétiques n’avaient révélés aucune trace de pollution. Pendant que les membres de l’équipe prenaient des photos et effectuaient des relevés, j’avais placé une caméra dans le corridor du 1er étage et Shirley faisait de même au 2e étage. À notre grande surprise, ma caméra infrarouge à détection de mouvement, émettait déjà des alarmes.

 

En visionnant l’écran de l’ordinateur, nous avons pu apercevoir des petites boules de lumineuses qui partaient du fond du couloir en volant rapidement dans notre direction. Étonné et à la fois intrigué par ces présences blanchâtres, le gérant à l’esprit très scientifique et analytique mais tout en étant aussi très ouvert, passa quelques minutes devant le moniteur. Devant son questionnement, je pris alors le temps de le rassurer en lui disant qu’il n’y avait rien de négatif dans son auberge, au contraire, l’énergie qui s’y trouvait était sympathique. Malgré cela, il insista en me demandant de quoi il s’agissait exactement. Je lui répondis que la présence de ces choses lumineuses et transparentes évoluant autour de nous, était devenue coutumière pour nous. Puis, en lui dévoilant quelques photos et vidéos, je lui expliquai que ces boules faisaient partie de ce que certains chercheurs appellent des orbes. Quelques minutes plus tard, son épouse arriva pour assister à la seconde partie de l’enquête.

 

À 21 h30, nous nous sommes réunis au salon pour tenter de faire un contact à froid avec l’aide de quelques instruments, tels qu’un détecteur de CEM (champs électromagnétiques), des lampes de poches non modifiées, divers enregistreurs et deux caméscopes. Pendant, que nous nous préparions, une caméra HD-IR infrarouge 120 FPS (images par secondes) filmait la grande salle Victoria. Les lumières furent quelque peu tamisées et le silence pris place dans cette magnifique pièce au décor d’antan. Lorsque les caméras furent activées, je demandai à haute voix s’i l y avait quelqu’un qui voulait nous faire un signe. Soudainement, une lampe de poche placée sur le foyer s’alluma et se ferma d’elle-même. Nous sentions l’air qui changeait graduellement et se refroidissait au fi l des minutes. J’étais alors persuadé que le contact était bien établi et qu’il était possible d’aller un peu plus loin dans nos questions.

 

lakeview3

 

Pendant que nous sentions un courant d’air autour de nous, les enregistrements audio captaient des sons de clochettes. Quelques instants plus tard, en présence de nos hôtes, je demandai de nous faire un signe et aussitôt la lampe de poche placée sur le pupitre s’alluma. Puis, lorsque je demandai si c’était une femme, elle se ralluma et s’éteignit d’elle-même. À ce moment l’air dans le salon est devenu plus froid. Après que l’épouse du gérant confirma que la température avait baissée, les audio captèrent un sifflement émis par une présence. Quelqu’un a sifflé près de nous mais le bruit n’a été perçu que par les appareils d’enregistrement. À un certain moment, je demandai si cette présence cherchait ses parents et sur les audio, on peut entendre un NON; en guise de réponse. Puis j’ajoutai : T’es gêné ? et sur les audio, nous entendons une voix féminine qui répond OUI;. L’épouse de notre hôte, demanda à haute voix si ça faisait plus de cent ans qu’il était dans cette auberge et à l’oreille, nous avons entendu deux coups frappés possiblement en guise de non. Tous les appareils ont aussi capté ces bruits. À deux occasions, des PVE révélèrent la voix d’un homme qui dit en anglais : I talk clearly ! (Je parle clairement) et les mots (la chance) en français.

 

Nous étions enthousiasmes, le contact à froid se déroulait bien car les présences étaient très coopératives et positives. De plus, en moins de 3 heures seulement, plusieurs bruits, des PBE (Phénomène de bruits électroniques) et des PVE (Phénomène de voix électroniques) ont été captés simultanément par différents enregistreurs et caméscopes. Un peu plus tard vers 22 h 00, nous avons entendu du bruit dans le corridor menant à la grande salle de réunion du 1er étage et nous avons aussitôt placé une caméra IR et un enregistreur à cet endroit. Sur les enregistrements, nous entendons trois gros coups frappés proches des appareils. Dans la chambre numéro 3 du 1er étage, Shirley avait placé son enregistreur sur le lit pendant qu’une caméra filmait la pièce. Plus tard, lors de l’écoute des audios, nous entendons des bruits occasionnés par des mouvements et des pas. Après avoir pris plusieurs photos en rafale puis en fermant la porte, Carole est sortie de la chambre en disant ; (Carole…. ); et nous pouvons entendre une voix masculine qui dit : ( C’est quoi tu vois ? ) ..

 

En résumé :

 

• Pendant notre courte enquête et notre contact à froid, nous avons vu et capté :
• Des orbes en mouvement dans les corridors du 1er et du 2e étage
• Une voix masculine anglophone captée par les appareils du salon
• Une voix masculine francophone captée par les appareils du salon
• Une voix féminine francophone captée par les appareils du salon
• Des coups frappés entendus à l’oreille dans le salon Des coups frappés captés par les appareils du salon
• Des sons de clochettes captés par les appareils du salon
• Des lampes de poche qui s’allument et s’éteignent d’elles-mêmes au salon
• détecteur de champs électromagnétique (KII) s’active pendant des questions
• Des coups frappés entendus à l’oreille dans le corridor de la salle de réunion
• Des coups frappés captés par les appareils près de la salle de réunion
• Des bruits rapprochés des appareils dans la grande salle Victoria
• Une voix masculine qui dit ; ( C’est quoi tu vois ? ) ; dans la chambre 3
• Les bruits et des PVE ont été enregistrés sur vidéocassette H-8 mm, audio de caméscopes et les batteries de certains appareils se sont vidées en un temps record.

 

Conclusion :

 

Pour cette première phase d’enquête, nous pouvons conclure en disant que des présences sympathiques et positives ont cordialement répondu à notre invitation. Le salon semble être le point central des activités paranormales. D’après les anciennes photos d’époque, la chambre 3, où la voix d’une dame se fait entendre, semble déjà exister en 1874. Ces entités connaissant bien l’histoire de cet établissement renommé, se plaisent dans l’atmosphère romantique de cette magnifique auberge ancestrale. Pour la suite de l’enquête, nous prévoyons approfondir notre recherche dans la salle à manger, le bistro, la salle Victoria, la petite salle de réunion et le grenier.

 

Étaient présents :

 

• Shirley Brassard
• Carole Brosseau
• Lucie Courchesne
• Jean Dubois
• Manon Dubois
• François Gaucher
• Linda Ouellette
• Roger Mainville
• Aimé Pomerleau
• Observateurs 4 personnes

 

lacbrome.jpg

 

Publié le 12 décembre 2012
Remis à date le 20 avril 2015

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
21 mars 2015

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16