Sélectionner un langage
Liens Paracontacts
Groupe

 

Catalogue

 

Généralités

 

Le cercle de vie

 

cercley

 

 

L’Importance du Cercle (Talking Circle)

 

 

Le cercle est orienté selon les quatre points cardinaux ou forces de la nature. Chacun de ces points est une « porte ». Cela signifie que l’on peut entrer dans le cercle par le côté Est et en sortir par une autre porte. Les Esprits-guides ou Aidants peuvent en faire de même. Ce sont des rencontres qui ont pour but de guérir des problèmes ou des blessures émotionnelles et spirituelles, d’aider au deuil, à la quête de la vision ou pour guider un esprit dans l’Autre Monde (Sagana).

 

<< J’ai guéri avec le pouvoir qui passait à travers moi. Bien sûr, ce n’était pas moi qui guérissais. C’était le pouvoir venu de l’autre monde : les visions et les cérémonies avaient simplement fait de moi un trou à travers lequel le pouvoir avait la possibilité de parvenir. Si j’avais pensé que c’était ma propre action, le trou se serait fermé et aucun pouvoir n’aurait pu passer. >> Hehaka Sapa (Black Elk / Élan Noir ) 1863-1950, chaman Oglala Sioux.

 

Au cours de “sweat lodge” –rituel indien de purification– on demande l’aide de la communauté et des esprits. “Lorsqu’un groupe se réunit avec une intention claire, affirme Lewis, cela crée une énergie qui permet de résoudre des problèmes jusque-là sans solution.>> Lewis Mehl-Madrona, médecin, psychiatre et chaman cherokee.

 

Les propos du médecin Mehi-Madrona démontrent bien l’importance du cercle pour les chamans. Pendant certaines cérémonies et réunions sous la tente ou à l’extérieur, les participants forment, sur un sol intact, un cercle sacré dans lequel tous ont une place égale. Ce lieu circulaire porte aussi le nom de Cercle d’Influences, Cercle de Vie, Roue-Médecine ou Cercle de Médecine dont le terme est tiré du mot algonquin « mediwiwin » qui veut dire force, puissance, connaissance du Grand-Esprit qui se manifeste.

 

drumcer

 

Le Cercle a la forme du tambour sacré, de la Terre-Mère et représente le cerceau sacré de la vie qui rassemble les énergies environnantes. Son point central, est le centre de l’univers, l’axe des relations des communautés humaines et non humaines ou monde des esprits. De plus le cercle est orienté selon les quatre points cardinaux. Chacun de ces points est une « porte ». Cela signifie que l’on peut entrer dans le cercle et sortir par une porte ou par une autre. Les Esprits-guides ou Aidants peuvent en faire de même. Ce sont des rencontres qui ont pour but de guérir des problèmes ou des blessures physiques, émotionnelles et spirituelles, d’aider au deuil, à la quête de la vision ou pour guider un esprit dans le monde des esprits.

 

Dans le cercle (elabaktestakiin mi’kmaq), les énergies subtiles se rassemblent, se répartissent et s’équilibrent d’elles-mêmes et permettent aux forces présentes de circuler. Chaque composante du cercle à sa particularité propre qui se transfère dans le centre (hocoka) où elle circule pour former une bulle d’énergie ou vortex favorable aux communications chamaniques et aux manifestations.

 

Le Cercle de vie peut se faire autour d’un grand Tambour sur pied (Tambour-chef ou Ogintaa dewe‘igan) afin que le son rythmé et vibrant harmonise l’énergie de l’assemblée. Le Tewagen ou tambour sacré est aussi battu au début des cérémonies pour appeler les esprits alliés et du même coup, pour la mise en pouvoir du chaman. L’instrument musical est alors frappé lentement jusqu’à ce que le chaman sente que le pouvoir de son esprit-aidant commence à l’envahir. Le rythme est ensuite accéléré pour permettre la connexion entre l’esprit allié et le chaman ou pour faciliter la mise en pouvoir même s’il n’y a pas de fusion avec les énergies spirituelles. Ce principe peut aussi s’appliquer au Djembé, le tambour africain.

 

Le tambour peut aussi servir de canal pour diriger les forces de guérison ou énergies spirituelles des Esprits-aidants vers une personne, un groupe, un lieu ou vers les esprits de la nature et des Pléiades. C’est ce qu’on appelle le Tambour Tunger (Tungur / Dünger ou Tuvan) dont la technique est originaire des chamans de la Sibérie. C’est une projection (voyage) de l’esprit (conscience) comme le fait le chaman autochtone dans la Tente tremblante (kushapatshikan).

 

Au cours de “sweat lodge” –rituel indien de purification– on demande l’aide de la communauté et des esprits. “Lorsqu’un groupe se réunit avec une intention claire, affirme Lewis, cela crée une énergie qui permet de résoudre des problèmes jusque-là sans solution.>> Lewis Mehl-Madrona, médecin, psychiatre et chaman cherokee.

 

Le psychiatre et chaman Mehi-Madrona démontre bien l’importance du cercle sacré. Le nom de ce lieu circulaire est tiré du mot algonquin « mediwiwin / medewin » qui veut dire force, puissance, connaissance du Grand-Esprit qui se manifeste.

 

cercel

 

Le Cercle sacré (Kchitwaa Naanagidoowin, Kauuiat, Elabaktestakiin, Hocokah) a la forme du tambour sacré (Tewagen / Teueikan / Tewehigan) et de la Terre-Mère. Il représente le cerceau sacré de la vie qui rassemble les énergies environnantes. Son point central, est symboliquement le centre de l’univers qui se déplace en spirale. Il est aussi le portail d’énergie (taku-skan ou force vitale), l’axe des relations des communautés humaines et non humaines ou monde des esprits. De plus le cercle est orienté selon les quatre points cardinaux ou forces de la nature. Chacun de ces points est une « porte ». Cela signifie que l’on peut entrer dans le cercle par le côté Est et en sortir par une autre porte. Les Esprits-guides ou Aidants peuvent en faire de même. Ce sont des rencontres qui ont pour but de guérir des problèmes ou des blessures émotionnelles et spirituelles, d’aider au deuil, à la quête de la vision ou pour guider un esprit dans l’Autre Monde (Sagana).

 

J’ai guéri avec le pouvoir qui passait à travers moi. Bien sûr, ce n’était pas moi qui guérissais. C’était le pouvoir venu de l’autre monde : les visions et les cérémonies avaient simplement fait de moi un trou à travers lequel le pouvoir avait la possibilité de parvenir. Si j’avais pensé que c’était ma propre action, le trou se serait fermé et aucun pouvoir n’aurait pu passer. >> Hehaka Sapa (Black Elk / Élan Noir ) 1863-1950, chaman Oglala Sioux.

 

Élan Noir explique à sa façon que les cérémonies en groupe effectuées dans le cercle et le son des tambours, lui permettaient de se mettre dans un état second (hypercommunication) afin que son esprit devienne une sorte de réceptacle ou récepteur afin de recevoir le pouvoir (ou les messages ou les visions) émergeant de l’Autre Monde (Au-delà) faisant partie du même univers. Il se connectait à l’énergie (mana, wakan tanka, matrice universelle) qui relie toutes choses entre elles incluant la conscience des membres de son groupe.

 

 

Pouvoir du groupe

 

Dans le Cercle, les énergies subtiles en mouvement (Taku Wakan Skanskan) se rassemblent, se répartissent et s’équilibrent d’elles-mêmes et permettent aux forces présentes de circuler. Chaque composante du cercle (le chaman, les participants et leur énergie vitale) a sa particularité propre qui se transfère dans le centre (hocokah) où elle circule en spirale pour former une bulle d’énergie (taku-skan ou force vitale) ou vortex favorable (aux communications chamaniques et aux manifestations paranormales). Le corps de chaque membre du cercle produit de la chaleur (électromagnétisme), des biophotons, une aura magnétique et est formé de milliards d’atomes produisant un certain niveau d’énergie. Cette énergie de groupe contrôlée par le chaman circule, se propage, induit et imprègne l’instrument ou les accessoires et se connecte aux participants afin de faciliter le voyage de l’esprit (la conscience) hors du cercle pendant l’hypercommunication.

 

cerclesacy

 

Le chaman en se plongeant en état de transe peut alors recevoir et transmettre un message ou recevoir des visions en état de veille. Il peut aussi utiliser un instrument induit par l’énergie du groupe tel que le, Tambour Guérisseur (Healing Drum), Tambour Parlant (Talking Drum), Tambour-Table (Drum-Table) ou le Sgudi’late, qui est une surface de bois rectangulaire ou circulaire peinte ou sculptée utilisée au centre d’un Cercle de vie créé par les participants pour recevoir des messages du monde des Esprits ancestraux et de la nature.

 

 

 

Roger Mainville
Mikuan-Aimun / Plume-Parlante
(C)(R) Groupe Paracontacts Inc.

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16