Sélectionner un langage
Liens Paracontacts
Groupe

 

Catalogue

 

Généralités

 

Les géoglyphes de Nazca

 

 

Nazca-1

 

Pendant près de quatre années, notre équipe a exploré l’univers du paranormal afin d’en connaître les limites et nous continuons à le faire encore aujourd’hui. Le 6 août 2009, nous étions sept personnes assises autour d’une table pour condenser nos énergies et comme depuis plusieurs mois, nous voulions tenter d’établir un contact avec des entités pouvant nous révéler quelque chose sortant de l’ordinaire. Ce soir-là, nous avons eu droit à la visite d’une présence qui disait se surnommer Édel. À notre grande surprise, il dévoila des détails intriguant en rapport avec les géoglyphes de Nazca au Pérou, ancien royaume des Incas.

 

Notre visiteur, nous dit que les lignes géométriques en relief dégageaient un champ magnétique anormal. Édel nous dévoila l’importance d’une grande dépression située à la pointe du V ou triangle inversé apparaissant à la droite (selon la photo) d’une patte de l’Araignée qui selon lui représentait la constellation d’Orion. Intrigués par ce message, nous avons par la suite fait des recherches qui confirmèrent que certaines informations étaient précises mais aucune d’elles ne parlaient d’une dépression située à la pointe du v en question mais qui existait bel et bien.

 

Nazca-3

 

Constellation d’Orion

 

Les recherches du Dr Phyllis Pitluga, une chercheuse de l’Adler Planetarium de Chicago, démontrèrent que l’araignée géante était censée représenter la constellation d’Orion et que la série des lignes droites qui l’entouraient retraçait les mouvements des trois étoiles du baudrier d’Orion. On remarquera que, pour l’araignée de Nazca, comme pour les pyramides de Gizeh, un rapprochement a été fait avec le baudrier d’Orion (Colca). Pour les anciennes tribus Moches, (200 av. J.-C), l’Araignée sacrée avec ses 8 pattes était le dieu Ai Apaec.

 

Puits ou spirales

 

A l’extrémité de nombreuses lignes on remarque également la présence de puits profonds en forme de spirales de plusieurs mètres (jusqu’à 12m) contenant des cailloux noircis. Ces puits sont reliés à un réseau de galeries souterraines.

 

Nazca-4

 

Anomalies magnétiques

 

Tomasz Gorka de l’université de Munich en Allemagne a analysé cinq géoglyphes proches de la ville de Palpa en se concentrant plus particulièrement sur la large structure trapézoïdale qui s’étend sur les plaines. Il a mesuré des anomalies dans le champ magnétique terrestre causées par des variations de la densité du sol à différentes profondeurs. Son équipe a effectué des relevés sur une zone de 60 hectares à l’aide de détecteurs portables.

 

“Nous avons trouvé d’autres lignes à l’intérieur de la structure qui n’étaient pas visibles à partir d’un survol aérien,” explique Gorka, “Les géoglyphes visibles aujourd’hui sont les derniers vestiges d’un processus de construction complexe qui a été modifié et remodelé au cours du temps” ajoute-t-il.

 

Certaines des lignes produisent des anomalies magnétiques plus fortes que les autres ce qui montre que le sol a été foulé par les pieds des processionnaires circulant dans un sens puis dans l’autre au cours de rituels religieux.

 

Source : http://74.125.47.132/search?q=cache:O1JDs5yHgowJ:www.dinosoria.com/nazca.htm+Nazca+araign%C3%A9e&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=caclient=firefox-a

 

Le voyage au Pérou

 

Quelques jours plus tard, lors d’un contact paranormal réalisé avec le groupe, l’un des membres de l’équipe, nous annonça qu’il désirait aller au Pérou pour explorer le géoglyphe de l’Araignée et profiter de l’occasion pour visiter la région. Curieusement, l’entité présente, lui déconseilla ce voyage car selon elle, il allait s’avérer périlleux. Devant notre étonnement, elle précisa qu’il y avait un risque pour sa vie.

 

Sa curiosité l’emporta et notre ami partit tout de même pour le Pérou malgré les avertissements de notre visiteur. Un fois rendu au pays, il embarqua dans un autocar en direction de Cuzco-Nazca. En cours de route, le chauffeur perdit le contrôle du véhicule qui se renversa sur le côté en glissant vers un ravin. Heureusement, l’accident ne fit que des blessés légers et notre coéquipier, qui s’en sortit indemne, réalisa qu’il aurait pu mourir au fond du ravin. Le messager avait dit juste.

 

Une fois rendu à Nazca, notre ami s’informa de la façon de faire pour visiter les géoglyphes mais des policiers, lui apprirent que la visite à pied était interdite et qu’il fallait la faire à bord d’un petit avion. Sachant qu’à haute altitude, il ne pourrait pas distinguer ce qui se trouvait au fond de la dépression en question, il décida de repartir dans une autre ville pour aller faire une randonnée en montagne avec un guide. Quelques jours plus tard, il assista à une quelconque cérémonie de guérison exécutée par un chaman péruvien. Pendant le rituel, il avait l’impression qu’il se passait quelque chose de particulier et s’interrogeait sur la véritable nature de cette cérémonie.

 

À son retour au Québec, il réalisa rapidement qu’il avait possiblement ramené des montagnes quelque chose de malsain avec lui et dont la présence se fit rapidement sentir auprès des membres de sa famille. Notre ami ne se sentait pas bien et avait la nette impression qu’une entité maligne s’acharnait progressivement sur lui. Après en avoir discuté au téléphone, j’en conclu qu’il avait malgré lui assisté non pas à une cérémonie de curandero (chaman-guérisseur) mais plutôt à un rituel de sorcellerie exécuté par un brujo (sorcier) ou par un hechicero (jeteur de sorts). Pour lui venir en aide, je me suis rendu chez lui en compagnie des autres membres de l’équipe pour y effectuer une purification des lieux. À peine étions-nous entrés dans la maison que la chose qui s’y cachait se mit en action. Elle ne voulait pas se faire déloger et son influence était forte car graduellement, chacun de nous a été malade au point d’avoir des vertiges et de vomir dans les toilettes. Nous nous sommes finalement regroupés dans le salon pour y faire la purification qui réussit à faire partir cette mauvaise énergie. Quelques heures plus tard, à notre grande satisfaction, tout était redevenu normal.

 

En 2012

 

Le temps a passé depuis ce curieux message et les informations crédibles concernant la dépression située dans le v près de la patte de l’Araignée sont toujours aussi difficiles à trouver. La seule hypothèse qui me vient à l’esprit est basée sur les géoglyphes qui pourraient représenter une ancienne cartographie de la voûte céleste. Ai Apaec ou Araignée regroupe les étoiles des Rois mages, les trois visiteurs étrangers. La patte de l’Araignée (Orion) désignée par Édel serait l’étoile Rigel (Bêta Orionis) et la dépression dans le fameux V représenterait l’étoile B (Cursa) l’escabeau d’Orion dans la constellation sinueuse d’Éridan (Eridu / Eridanus) aussi appelée La Rivière.

 

Au temps des Babyloniens et des Sumériens, Eridu était la première citée, qui selon la légende, aurait été visitée par les Anunnakis de la planète Niburu ou Neburu (Planète X ou Mardouk). Ces visiteurs de l’espace, leurs auraient procuré le savoir. Un mythe similaire se retrouve dans la cosmologie des Mayas, des Quechuas, des Chibchas, des anciens Égyptiens, des Toltèques et des Aztèques, qui parle de la venue d’hommes des étoiles aux cheveux blonds, aux yeux bleus et parfois barbus qui leur ont enseigné les sciences.

 

Selon les Égyptiens de l’Antiquité, Niburu ou Neburu se traduit par Neb-Heru, qui signifie « Seigneur Horus » fils d’Osiris associé à la constellation d’Orion (Sah). Est-ce que ce fameux Édel voulait nous parler d’une civilisation extraterrestre, d’une planète mythique ou d’un dessin caché représentant une révélation insoupçonnée ? Nous ne le saurons peut-être jamais. La solution de cette énigme se trouve peut-être sur le site de Nazca ou dans la découverte des crânes mystérieux du Pérou ? Peut-être que l’astronome et mathématicienne allemande Maria Reiche l’avait déjà découvert ? Qui sait !

 

“Ces dessins géométriques donnent l’impression d’être une écriture symbolique, dans laquelle les mêmes paroles seraient écrites des fois avec des lettres géantes, et d’autres avec des lettres minuscules”, affirmait Maria. Selon elle, le contenu de cette écriture symbolique doit être associé au mouvement des astres. En 2014, des vents violents additionnés de tempêtes de sable ont permis la découverte de nouveaux géoglyphes énigmatiques.

 

Chronique des civilisations disparues, spécial Nazca.

 

http://www.kadath.be/pdf/kadath_16.pdf

 

Hommages à Maria Reiche qui consacra toute sa vie à l’étude des géoglyphes de Nazca

 

http://www.sciencepresse.qc.ca/hommages/reiche.html

 

Publié le 31 août 2012
Remis à date le 15 avril 2015

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
16 avril 2015

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16