Pouvoir des mains

 

 

mains

 

 

Dans le document antérieur affichant le même titre, il était question de certaines recherches scientifiques sur la bioénergie des mains. Avant d’aller plus loin dans mes explications, il est bon de faire une rétrospective de ces découvertes :

 

• En 1990, le Dr. Zhing Ronliang de l’Université de Lanzhou et de Shanghai Atomic Nuclear, démontra que ces biophotons émanant de nous, pouvaient se déplacer à une vitesse variant entre 20 et 50 centimètres par seconde.
• En 1993, le Dr. Elmer Green de Menninger Clinic stipulait que le champ biomagnétique des mains et celui de la terre pulse au même rythme, soit 8 cycles par seconde (8Hz).
• Le Dr Green réalisa que le rayonnement des mains d’un guérisseur pouvait induire un écran métallique à proximité.
• En 1996, les chercheurs T. Hisamitsu, A. Seto, C. Kusaka, C. Takeshige, S. Nakazato, T. Yamamoto et S.K. Aung du Département de Psysiologie de l’Université Showa de Tokio, ont découvert que les mains de quelques élèves de méditation dégageaient des champs biomagnétiques variant entre 0,13 mT (1,3mG) et 300 mT (3mG).

 

En plus des biophotons qui se dégagent de la paume de nos mains, il y a aussi de la chaleur (énergie thermique), de l’électricité (bioélectricité) et du biomagnétisme.

 

La découverte sur les bienfaits de la connexion du corps à la Terre (Body Earthing), est très importante pour la santé mais elle confirme aussi que notre corps formé de millions d’atomes est énergique et peut être influencé par les énergies environnantes.

 

 

 

ref

Nous sommes des êtres atomiques

 

Il faut se rappeler que notre corps physique (la matière), à l’échelle microscopique, a une allure très différente de ce que nous voyons de nos yeux. Il est composé de :

 

• Près de 100 000 milliards de cellules.
• Ces cellules sont constituées de plus de 3 millions de milliards de milliards d’atomes, d’électrons, de protons, de neutrons….
• Quand les électrons se déplacent d’un atome à un autre, ils produisent de l’électricité (énergie).
• En moyenne le corps d’un individu de 70 Kg (150 lbs) est composé approximativement de 7,000,000,000,000,000,000,000,000,000 d’atomes.
• Un léger rayonnement radioactif (naturel) se dégage de notre corps. En effet, nous ingérons et inhalons des éléments radioactifs présents naturellement dans l’écorce terrestre ou produits par les rayonnements cosmiques. Ces éléments nous irradient alors de l’intérieur. Plus de la moitié de l’irradiation interne vient du potassium-40, qui pénètre dans l’organisme humain par ingestion.
• Notre organisme contient également du carbone-14. Au total, huit mille atomes de potassium-40 et de carbone-14 se désintègrent par seconde dans notre corps : nous sommes nous-mêmes radioactifs (radioactivité.com).
• Avec sa température de 37oC (310 Kelvin), le corps humain émet un rayonnement IR (infrarouge) de l’ordre de 10 µm (micron) (donc bien au delà du rouge situé à 0,7 micron) et dans lequel circulent des photons (biophotons).
• De plus, chacune des cellules contient de l’ADN qui émet ses biophotons (particules lumineuses).
• Au total, c’est un immense flux de biophotons qui imprègne les cellules et les organes. Il constitue une sorte de mer de photons (on dit aussi un champ de biophotons.

 

Notre corps est électrique

 

Comme tous les êtres vivants, notre corps est composé de plusieurs trillions de cellules qui produisent de l’électricité (bioélectricité) et peut être influencé par les énergies environnantes. Selon les calculs du Professeur Steven M. Simasko de l’Université de l’État de Washington, si toute l’énergie produite par les trillions cellules du corps était additionnée, elle suffirait à allumer une ampoule de 40 watts. Nous avons fait le test sur une personne avec un multivolmètre et nous avons enregistré jusqu’à 0.548 millivolts. Nous avons fait le même test avec deux personnes afin de vérifier si cette énergie pouvait circuler de l’une à l’autre lorsque leurs mains touchaient la même surface métallique.

 

solo

 

Nous avons par la suite refait le même test avec un groupe d’individus pour réaliser que cette énergie circulait aussi d’une personne à l’autre sur la même surface métallique et pouvait se stabiliser plus longtemps. Sur cette photo le résultat en duo était de 0.954 millivolts, soit à 46 mv de pouvoir allumer une lampe led de 1000 mv (1 volt).

 

duolight

 

La chaleur du corps humain est aussi une énergie thermique

 

Sur cette photo prise avec une caméra thermique, il se produit un phénomène naturel sur la surface de la table. Une couronne d’énergie se forme graduellement sur la surface métallique servant d’instrument. Cette chaleur est produite par la paume des mains des participants. Graduellement, les gens ressentent un picotement, du froid ou de la chaleur dans les mains.
Dans ce rayonnement thermique, il y a le biomagnétisme qui induit la surface de métal. Le magnétisme résiduel peut alors augmenter de 0.1 gauss en quelques minutes.

 

thermictablejpg

 

De la lumière au bout des doigts

 

L’énergie thermique se dégageant de nos mains (effet Peltier) peut aussi servir à créer de la lumière. Ann Makosinski âgée de 15 ans seulement, récipiendaire du Prix Mountain View à la finale du Google Science Fair, a inventé une lampe-torche (Hallow Flaslight) révolutionnaire pouvant s’allumer grâce à la chaleur et l’électricité se dégageant par la paume des mains.

 

flaslight

 

 

Énergie de groupe

 

Un individu peut produire de la bioélectricité, du biomagnétisme tout en émettant et en recevant des biophotons, en groupe autour d’un même instrument, cette énergie à la fois mesurable et naturelle est plus intense, plus durable et plus stable. Grâce à cette connexion énergique (biomagnétisme, bioélectricité, énergie thermique) et aux biophotons, il se produit une échange inconsciente d’énergie et une transmission de l’information entre les participants. Les membres du groupe interconnectés ne font qu’un avec l’instrument et avec le médium qui pilote la séance pour établir un contact ou hypercommunication.

 

energytable

 

Un instrument à la fois simple et complexe

 

Pendant 46 ans, j’ai fait de la voyance en direct ou à distance pour aider des personnes en utilisant différents moyens, tels que : les cartes, les tarots, l’astrologie, le pendule et l’écriture automatique mais malgré les résultats convaincants, les gens, issus de toutes les classes de la société, voulaient que j’utilise la table comme instrument. J’avais beau leur expliquer qu’à titre de médium, je pouvais faire autre chose mais ils insistaient. Plusieurs d’entre eux sont même revenus maintes fois pour avoir des réponses à différentes questions parfois fort complexes. J’avais beau leur dire que ce n’était qu’un instrument médiumnique comme un autre et que le message passait par moi, mais à chaque fois, ils me répondaient qu’ils aimaient sentir l’énergie de la table passer à travers leurs mains et parfois leur corps. Certains allaient plus loin en précisant que pendant le contact, la table devenait autre chose qu’un simple meuble et qu’ils pouvaient sentir les différentes personnalités qui en émanaient.

 

J’aurais pu me contenter de leur dire que cela était normal tout en leur expliquant que sans la présence d’un médium, une table métallique ou de bois utilisée pour établir un contact ne produira que des réponses purement imaginaires. Ce qui est exact ! J’aurais pu préciser que pour un médium, une table n’est rien de plus qu’un instrument comme un autre, que ses mouvements soient mécaniques (volontaires) ou non, cela ne change rien à la précision du contact et des réponses obtenues. Ce qui est aussi très vrai mais ces réponses n’expliquent pas pour autant les manifestations qui peuvent se dérouler à proximité et les mouvements aléatoires ou autonomes que l’instrument énergisé par les participants peut produire ? Par exemple, les coups frappés sur ou sous la table, son déplacement autonome sur plus de 2 mètres de distance, son équilibre sur une seule patte, sa rotation autonome à grande vitesse, le froid qui s’installe, des lumières disposées tout près qui s’allument d’elles-mêmes, une silhouette qui passe, une voix féminine qui se fait entendre, des flashs qui illuminent le plafond, des orbes qui passent devant les caméras, des coups frappés dans une porte ou dans un mur…..À Londres, lors d’une séance du projet Scole Experiment, une table lévite d’elle-même, se positionne à la verticale pour finalement tourner à grande vitesse devant les scientifiques du SPR.

 

Au fil des ans, ces révélations m’ont amené à me poser différentes questions sur le véritable processus des contacts établis devant des centaines d’étrangers. Nous ne sommes plus à l’époque médiévale, le monde évolue et le paranormal aussi. D’ailleurs, le projet Scole Experiment l’a bel et bien démontré pendant ses six années d’expérimentation. Pour moi, la réponse que je cherchais était invisible à nos yeux mais était bien réelle et partout autour de nous. Dans notre monde vibratoire, rien n’est inerte, tout n’est que molécules, atomes et électrons en mouvement. Nous en sommes nous mêmes composés ainsi que la surface métallique du meuble en question. Des électrons retiennent toutes les molécules ensemble. Cela comprend notre ADN, les molécules qui composent la chaise sur laquelle nous sommes assis et celles du bois de mon pupitre. En déposant nos mains sur la surface métallique, toutes ces molécules sont alors en contact. Cette soupe énergique comme je l’appelle, permet de faire la connexion entre les participants, l’instrument, le médium et les énergies subtiles ou entités aussi composées d’atomes. Nous pouvons nous connectés et les énergies contactées peuvent aussi le faire, ce qui explique les différentes personnalités que l’instrument peut emprunter. Nous avons tenté de faire un contact sous une température de 12 degrés Celcius et à 81 % d’humidité, mais en vain car dans ce froid transperçant, notre corps travaillant à conserver sa chaleur, ne pouvait émettre suffisamment d’énergie.

 

Puisqu’il existe plusieurs niveaux de conscience, il existe aussi plusieurs niveaux de contacts : ordinaires, moyens, forts et extraordinaires. Tout dépend du niveau d’énergie des participants et de leur concentration (niveau de conscience). Plus les participants sont expérimentés et énergiques, plus les possibilités d’assister à des manifestations en direct sont élevées. Pour moi, ces entités sont des énergies faisant partie de l’univers qui nous englobe.

 

Comme William Cox, parapsychologue et illusionniste amateur, je suis porté à dire qu’il s’agit d’énergies inconnues catalysées par certains états de conscience médiumniques se produisant pendant l’hypercommunication. Pour le médium et les participants, l’instrument devient alors un stimulateur ainsi qu’un catalyseur alimenté par l’énergie des participants expérimentés.

 

L’hypercommunication

 

Dans le livre intitulé, “Vernetzte Intelligenz” des professeurs allemands von Grazyna Fosar, physicien & astrophysicien Franz Bludorf , physicien & mathématicien, l’énergie émergeant d’un vortex miniature (ou vermoulure) engendre des champs électromagnétiques inexplicables dans le voisinage des médiums, des guérisseurs et des personnes en état d’hypercommunication médiumnique. Ces deux chercheurs dévoilent que l’ADN humain est un réseau Internet biologique supérieur sous de nombreux aspects à l’Internet artificiel.

 

Ils résument clairement la dernière découverte du Dr.Vladimir Poponin et de son collègue le biophysicien Pjotr Garjajev, qui explique les phénomènes tels que : la clairvoyance, l’intuition, des actes spontanés et à distance de guérison, les phénomènes lumineux, la guérison de soi, les auras autour de personnes, l’influence de l’esprit sur la météo comme le faisaient les faiseurs de pluie des tribus autochtones et bien plus encore.

 

Chez l’homme, l’hypercommunication se rencontre le plus souvent lorsque celui-ci a soudainement accès à des informations qui ne lui sont pas connues et ne font pas partie de ses connaissances de base. Une telle hypercommunication est ensuite expérimentée en tant qu’inspiration ou intuition. Ce phénomène de contact peut aussi se produire avec un groupe de personnes qui dirigent leur pensée vers le même but. Ces scientifiques russes ont également découvert que notre ADN peut provoquer des distorsions dans le vide, produisant ainsi des trous de ver magnétisés miniatures (vortex).

 

Si les scientifiques Fosar et Bludorf ont démontré qu’un médium, un chaman ou un guérisseur pouvait créer un mini vortex et être en communication avec des énergies subtiles, Les chercheurs David Ash et Peter Hewitt affirment qu’une entité peut en faire autant pour accéder dans notre dimension ou dans une autre.

 

Mini vortex

 

Le 28 mai 2011, nous avons vécu une expérience en direct qui nous permet de croire hors de tout doute à l’existence de ce que nous croyons être des mini vortex. Voici le résumé de ce fait vécu enregistré sur audio et vidéo. Dans le sous-sol, les lumières furent tamisées et un silence total régnait dans la salle de séjour. Profitant du moment, je demandai un signe à haute voix. Soudain, à notre grande surprise, tout le monde entendit à l’oreille des sons de plusieurs grands tambours et un chant autochtone. Étonnés, nous nous questionnions à savoir si tout le monde avait entendu la même chose. Nous étions 14 personnes à avoir entendu les mêmes paroles audibles : HE YA WE YA HE….HE NI YA WE YA HE…..HE YA WE HO YA HE… Ce n’était pas une illusion auditive et encore moins une hallucination puisque les appareils les ont aussi captés et enregistrés.

 

D’où provenait ce chant ? Il n’y avait pas de tribu autochtone avec nous dans le sous-sol. Quelques instants plus tard, réjouis de cette manifestation, nous avons remis la musique de Kashin afin de les remercier de leur présence. Deux minutes plus tard, je cognai deux fois sur la table immobile avec mon poing pour ensuite dire (Kwe Kwe) qui signifie bonjour mais un instant avant que je prononce ces mots, nous entendions la voix audible d’une jeune femme qui nous répondit : Kwey kin ! en algonquin. Cette douce voix étrangère répondait en disant, Bonjour à toi et aux tiens ! Si cette femme nous répondait poliment, c’est donc parce qu’elle nous entendait en temps réel me dis-je en l’écoutant. Malgré que nous n’en sommes pas à notre premier contact de ce genre, c’était fantastique de pouvoir entendre en direct cette salutation qui a aussi été enregistrée sur vidéo et audio. D’ailleurs, depuis ce moment, la bande vidéo originale est demeurée dans la caméra qui l’a capté de façon plus rapprochée.

 

Nous étions tous assis autour d’une table immobile qui servait d’instrument. Lorsque nous avons commencé à entendre les tambours et les chants autochtones, nous avions l’impression d’être à une courte distance des membres de cette tribu d’une autre époque. C’est comme si nous étions là, tout près de leur campement. En entendant les salutations de la jeune femme, nous étions convaincus qu’elle devait nous voir ou nous entendre. C’est comme si pendant un court instant, nos deux époques s’étaient soudainement connectées grâce à un vortex créé par le contact ou hypercommunication.

 

Depuis l’Antiquité

 

L’hypercommunication n’est pas un phénomène nouveau car ce principe est aussi connu sous le nom de Remote Viewing (Voyance dans le temps) et existait en Mésopotamie sous le nom de Merkaba (Merkabah), le Chariot de Dieu ou Véhicule de l’Âme. Selon le livre d’Énoch, la pratique du Mer-Ka-Ba (Mer-Lumière, Ka-Esprit, Ba-Corps humain) permettait d’accéder aux 7 cieux. La Merkaba permettrait d’activer ou de stimuler le flux et les champs d’énergie (champs électriques et magnétiques) dont notre corps et notre esprit en sont composés pour voyager par la pensée afin d’accéder à la lumière ou l’éther (univers). Pour certains initiés, la Mer-ka-ba est une source d’énergie ou de lumière engendrée par les champs électromagnétiques ou par le magnétisme de la terre permettant de communiquer avec le monde invisible ou d’autres dimensions. Un peu comme l’expérience de Philadelphie (Projet Rainbow) effectué avec les bobines de Tesla pour créer vortex local.

 

merkaba

 

Hors du corps physique

 

<< De nombreuses expériences semblent indiquer que notre conscience n’est pas enfermée dans notre crâne, mais semble être une « substance » qui irradie hors des limites du corps physique. Une énergie ordonnée capable de traverser l’espace et le temps. >> Source : INREES

 

http://www.inrees.com/articles/Nos-pensees-et-nos-intentions-influenceraient-elles-la-realite/

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
24 septembre 2013

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Facebook Pagelike Widget
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16