Retour à la source

 

 

 

Presque dix années se sont écoulées avant que je remettre la main sur ce message médiumnique qui parlait de sources d’eaux thermales et curatives situées dans la région de Maskinongé au Québec. En le relisant, je me demandais pourquoi que je n’avais pas élaboré cette histoire, qui selon l’esprit aidant surnommé Docteur Golson, c’était déroulée vers 1850.

 

Un détail nous avait alors échappé et c’était le lieu. Nous avions cru qu’il s’agissait du village de Maskinongé mais c’était plutôt le comté qui à cette époque, regroupait déjà plusieurs petits villages dont faisaient partie Saint-Léon-le-Grand et Yamachiche. À partir de cet indice, nous avons pu retracer l’emplacement des sources thermales et vérifier les faits rapportés par le fameux docteur Golson.

 

Le 1er mai 2008, en compagnie de mon épouse Lucie, de mon fils Jonathan et de quatre amis avocats, nous avions établi un contact médiumnique comme nous le faisions depuis deux années dans le cadre de notre projet de recherche sur le paranormal. Pour cette occasion, un esprit aidant disant s’appeler Golson s’était présenté pour nous parler d’une région qu’il avait bien connu de son vivant. Il disait que plusieurs visiteurs allaient à la source d’eau dans l’espoir de se guérir de différents maux. Il avait aussi révélé que des pèlerinages se déroulaient dans la région et que des miracles avaient eu lieux.

 

En 2018, j’ai repris les recherche pour trouver de plus amples informations sur le comté de Maskinongé. Vers 1849, St-Leon Spring, un établissement vendant de l’eau minérale s’était établi un peu l’écart du village sur les bords de la rivière du Loup. Pour attirer les touristes, la compagnie avait construit un petit hôtel de 15 chambres avec vue sur la rivière.

 

 

 

Devant la popularité grandissante de leur eau curative et de leurs bains thérapeutiques, les propriétaires érigèrent La Saline en 1889. Cet hôtel tout en bois de quatre étages comportait 154 chambres et offrait des bains thermaux, des salles de soins thérapeutiques, une salle à manger et une grande salle de bal pouvant accommoder 300 invités.

 

À partir de 1900, la popularité de l’hôtel chuta dramatiquement et en 1906, les grands vents la détruisirent complètement. Le luxueux établissement touristique ne fut jamais reconstruit et en 1965, un incendie mis fin aux activités de l’usine d’embouteillage. Quant aux pèlerinages et aux miracles, ils s’étaient déroulés à Yamachiche entre les années 1837 et 1875. Les deux villages étaient distants l’un de l’autre de 14 kilomètres.

 

Les détails concernant cet hôtel, qui a cessé d’exister il y a 112 ans, étaient précis. Selon nous et de toute évidence, le Dr Golson connaissait bien ce comté.

 

Roger Mainville – Plume-Parlante
Groupe Paracontacts
6 mars 2018

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16