Get Adobe Flash player

 

Le fondateur

 

Roger

 

 

Le fondateur de Paracontacts se nomme Roger Mainville alias Mikuan-Aimun (Plume-Parlante). Il est un extrasensoriel de naissance et un Métis de sang indien, un Bois-Brûlé ou un Sang-Mêlé Mi’kmaq et Basque-Navarro espagnol. Roger dit souvent qu’il n’est ni Blanc ni Rouge, il est à la fois les deux. Pour les Autochtones, il est un chaman et pour Allochtones, il est un médium. Malgré cela, il se considère plutôt comme étant un pisteur (nanatuapateu ) celui qui cherche une piste dans ce domaine méconnu qu’est le paranormal. Il demeure une personne très terre-à-terre qui ne croit pas en n’importe quoi, pas même en certaines théories scientifiques. Il est avant tout un passionné qui s’est graduellement spécialisé dans le domaine paranormal, en chamanisme traditionnel et en recherche littéraire. Il est auteur, scénariste, vulgarisateur et mythographe professionnel. Fort de ses 49 ans d’expertise dans le domaine du paranormal, il a aussi obtenu un DEP en mécanique, un DEP en électricité, un DEP en électronique industrielle, un CEP en rédaction, un AEP en technique de vulgarisation et il ne lui reste que quelques cours pour terminer un BAC en méthodologie de recherche scientifique. Au fil des années, il a suivi divers cours techniques obligatoires et fait des études en histoire des civilisations, en géophysique et en communication. Pendant ses 25 années de métier, il a eu le privilège de visiter plusieurs villages autochtones et de se faire des amis dans différentes Nations, tout particulièrement à Mashteuiatsh où il y a passé plusieurs étés de son enfance. À titre d’enquêteur professionnel et de préventionniste, il a aussi inspecté des lieux isolés situés aux Québec et en Ontario afin de protéger des systèmes de communications.

 

Depuis maintenant 49 ans, Roger Mainville aide les gens à résoudre différents problèmes et à identifier les phénomènes paranormaux qui se déroulent dans des maisons et dans divers lieux. Au fil des ans, il a vécu d’étranges manifestations en présence de plusieurs témoins et des centaines de personnes ont déjà fait appel à lui. Pour pouvoir devenir consultant en paranormal et être connu dans ce domaine, il a dû prouver son savoir-faire à plusieurs reprises. Depuis toutes ces années, il a effectué plus de 6000 contacts médiumniques devant autant de personnes, de familles et de groupes issus de tous les milieux.

 

Pendant près de trois années consécutives, avec un groupe composé de huit personnes incluant son épouse et son fils, il a poussé plus loin son exploration du paranormal. Les résultats probants, lui ont démontré qu’au-delà des facultés psychiques, il y a autre chose dont la nature est incomprise.

 

Ses études universitaires et techniques ainsi que son expertise d’enquêteur professionnel l’ont graduellement amené à faire des recherches historiques et généalogiques spécialisées pour des compagnies et de la vulgarisation pour sa propre firme. Lorsque le temps lui permet, il travaille sur son répertoire contenant actuellement plus de 40 000 descriptions mythologiques du monde entier incluant les croyances autochtones. Cet outil de travail englobant les mythes, les légendes, les croyances ainsi que les pratiques, lui a exigé jusqu’à maintenant, plus de 37 années de labeur et inclut une seconde base de données contenant plus de 8500 informations sur les tribus autochtones anciennes et modernes de l’Amérique du Nord. Entre deux contrats, il élabore des projets et des scénarios de film dont l’un d’entre eux a su intéresser des producteurs canadiens et américains. En d’autres mots, il est un gars tenace, méthodique et discipliné qui n’a pas peur de se lancer dans l’action.

 

logo

 


 

Roger1

 

Ma vie, mon équipe et ma vision des choses

 

 

1. Quand et comment est né mon intérêt pour le paranormal ?

 

Toute ma vie s’est déroulée dans le paranormal. Depuis ma tendre enfance, j’ai vécu toutes sortes de manifestations inimaginables. Ma grand-mère était une puissante voyante et médium, ma mère aussi ainsi que deux de ses frères. Comme Obélix, j’ai grandi dans la potion. En conséquence, il serait illogique pour moi de nier l’existence des phénomènes paranormaux reliés aux facultés psychiques et à ceux qui sont indépendants de notre esprit.

 

 

2. L’investigation consiste en quoi exactement ?

 

Avant de parler d’investigation, je crois qu’il est primordial de spécifier que nous ne sommes pas uniquement des chasseurs de fantômes parce qu’à travers le domaine du paranormal, nous recherchons tous genres de phénomènes. Nous nous intéressons au paranormal mais nous sommes plus près de la phénoménologie. Un peu comme le font les chasseurs de tornades, nous allons sur le terrain pour observer les phénomènes en direct bien souvent, en présence des gens qui nous y invitent.

 

Lorsque nous effectuons une investigation, nous travaillons avec des appareils modernes et avec des accessoires traditionnels. Le but est de capter sur vidéo et audio les choses normales ou anormales qui peuvent déranger d’une manière ou d’une autre les habitants d’une maison ou d’un immeuble. Que ce soit sur le terrain ou dans le cadre du Projet Horizon, nous captons toujours quelque chose; en effet, il suffit de regarder sur nos écrans d’ordinateurs pour le constater en direct. Nous effectuons aussi des explorations dans des lieux renommés pour leurs légendes et leurs histoires afin de vérifier si une quelconque réalité se cache derrière tout ça. D’ailleurs, ce genre d’excursion nous a permis dernièrement de trouver une pointe de pierre qui selon les premières analyses, semble être un artéfact amérindien.

 

 

3. Nos équipements

 

Au fil du temps, dans le cadre de nos investigations, nous utilisons et testons différents instruments fabriqués en Allemagne, en France, au Japon, en Chine, au Mexique, aux États-Unis et au Canada. Nous en avons fabriqué nous-mêmes pour répondre à des besoins plus particuliers. Même si nos avons beaucoup d’appareils, aucun instrument aussi dispendieux soit-il, n’est en mesure de nous confirmer que nous avons affaire à un phénomène paranormal. En effet, nous ne croyons pas que la technologie actuelle soit capable de mesurer ce que la plupart d’entre nous n’arrivons pas à interpréter de façon rationnelle.

 

Dans ce domaine, il faut surtout miser sur l’analyse, les comparatifs, les témoignages quantitatifs et l’expérience acquise sur le terrain. Avant de dire qu’il s’agit d’une activité paranormale, nous devons identifier ce qui peut influencer normalement ou anormalement notre environnement immédiat et pour y parvenir, nous utilisons si possible des appareils calibrés et nous tentons de reproduire le phénomène. Puisque nos observations nous ont permis de constater que des contacts paranormaux et des phénomènes de voix électroniques, des bruits anormaux, des apparitions partielles se sont produits en présence de fluctuations et d’élévations électromagnétiques subites, nous travaillons surtout avec différents détecteurs de champs électromagnétiques.

 

 

4. Notre matériel vidéo et audio

 

Encore là, nous travaillons avec différents appareils et filmons avec divers éclairages. Nous avons des caméscopes HD avec ou sans infrarouge, des caméras pouvant filmer plusieurs images à la seconde, des caméras infrarouges à détection de mouvement ultra sensibles, caméra IR longue portée, des caméras numériques professionnelles, différents magnétophones et de très bons logiciels. Un membre de l’équipe pilote à distance un drone pouvant voler et filmer jusqu’à 300m d’altitude. Comme nous le mentionnons souvent, tout est capté sur le vif et il n’y a aucun trucage. La vocation de Paracontacts n’est pas de prouver mais plutôt de découvrir des phénomènes et de les faire connaître. À cet effet, il serait tout à fait ridicule de notre part de truquer quoi que ce soit. Si nous avons des collaborateurs (scientifiques et technos) et autant de supporteurs situés un peu partout dans le monde, c’est parce que nous sommes des gens honnêtes et capables de le prouver en tout temps.

 

 

5. Depuis combien d’années suis-je dans ce domaine ?

 

Comme je le disais, j’ai toujours vécu dans ce milieu mais j’ai débuté officiellement en 1968 à l’âge de 18 ans. Ça fait maintenant presque 49 ans que j’aide les gens par différents moyens tels que : les tarots, l’astrologie, la voyance directe, la voyance à distance et par la table cette incomprise qui m’a permis de faire plus de 6000 contacts avec autant de monde. Avec mon équipe, nous expérimentons et développons aussi d’autres techniques plus modernes non pas pour prouver quelque chose mais plutôt pour explorer et pour démontrer que le paranormal mérite d’être étudié sérieusement. Curieusement, la fameuse table, pourtant archaïque, en fait encore partie parce qu’elle nous permet de créer plus facilement un vortex pour faire un contact médiumnique ou hypercommunication.

 

 

6. Qu’est-ce que l’hypercommunication ?

 

Nous ne sommes plus au Moyen Âge, les théories évoluent rapidement avec les nouvelles découvertes et le paranormal en fait de même. Au fil des ans, j’ai réalisé qu’il se produisait quelque chose de particulier lors des contacts médiumniques qui pourrait expliquer les phénomènes d’apports, de la transcommunication (TCI), des apparitions et bien d’autres. En effet, et c’est en parcourant les études d’experts allemands, russes et américains que j’ai compris que je n’étais pas le seul à le croire. Dans le livre intitulé, “Vernetzte Intelligenz” des professeurs allemands von Grazyna Fosar, physicien & astrophysicien Franz Bludorf , physicien & mathématicien, l’énergie émergeant d’un vortex miniature(ou vermoulure) engendre des champs électromagnétiques inexplicables dans le voisinage des médiums, des guérisseurs et des personnes en état d’hypercommunication médiumnique. Cette étude est aussi appuyée par d’autres scientifiques de renom tels que les chercheurs David Ash et Peter Hewitt. Chez l’homme, le médium ou le chaman, l’hypercommunication se rencontre le plus souvent lorsque celui-ci a soudainement accès à des informations qui ne lui sont pas connues et ne font pas partie de ses connaissances de base. Ce phénomène de contact peut aussi se produire avec un groupe de personnes qui dirigent leur pensée vers le même but. Ces scientifiques russes ont également découvert que notre ADN peut provoquer des distorsions dans le vide, produisant ainsi des trous de ver magnétisés miniatures (vortex).

 

 

7. Plus qu’une passion

 

Hormis le fait que j’ai fait des études en électronique, en électricité, en mécanique, en histoire, en mythologie, en géophysique et en recherche…., c’est mon bagage d’enquêteur professionnel et mon don qui m’apportent l’expertise nécessaire. Je n’ai rien contre les études, au contraire, mais comme on dit, c’est en forgeant que l’on devient forgeron. Autrement dit, pour devenir un expert, il faut pratiquer sur le terrain pendant au moins 20 ans. Après toutes ces années, je peux dire humblement que je suis devenu malgré moi un expert en la matière. Dans le cadre de ma carrière d’enquêteur et de préventionniste, j’ai visité des lieux isolés du Québec et de l’Ontario, j’ai fait des enquêtes, des filatures distantes et rapprochées, j’ai patrouillé des terrains d’aéroports, fouillé des suspects et fait arrêter des gens peu scrupuleux. Tout au long de ces années, d’une manière ou d’une autre, mon don m’a toujours servi.

 

 

8. Quelle a été l’expérience la plus forte au cours de toutes ces années ?

 

Il y en a eu plusieurs mais celle qui m’a marqué le plus, moi et mon équipe, ce fut un cas de possession extrême. Pendant des années, je n’osais par croire à ce genre de phénomène mais maintenant, je ne peux pas nier son existence. Bien souvent, lorsque tu n’a rien vécu de la sorte, c’est facile d’en rire ou de dire que c’est impossible par contre lorsque tu en es témoin avec d’autres, tu ne vois plus la chose de la même manière. Ce genre de cas, n’a rien à voir avec les croyances ni avec la religion. Lorsqu’une dame se fait battre depuis des années, traîner sur le sol, se fait mordre et égratigner, que son mari se fait sortir du lit comme une feuille de papier et que leur chien se fait battre par une chose invisible, cela surpasse notre entendement. Un jour, je raconterai la vie de cette femme à qui il ne reste que quelques mois à vivre. Dans notre époque pourtant moderne il y a des choses qui nous dépassent encore aujourd’hui. Heureusement, ce genre de cas, est tout de même assez rare.

 

 

9. Quels sont les lieux qui m’ont le plus impressionnés ?

 

En tête de liste, je dirais le Château Frontenac de Québec. Dans ce somptueux endroit, la première chose que j’ai vécu s’est passée dans le vieil ascenseur rempli de monde. En entrant avec mon épouse, je m’étais placé près du panneau de contrôle dont les boutons se sont alors mis à s’allumer les uns après les autres, nous forçant ainsi à s’arrêter à chaque étage. Il va s’en dire que la montée a été fort longue. Les gens me regardaient en pensant que je j’étais l’auteur du méfait mais c’était plutôt quelqu’un s’amusait avec nous. Pendant la fin de semaine, c’est en explorant quelques racoins du bâtiment légendaire que je me suis convaincu que le château majestueux peuplé de mystères méritait une enquête approfondie. La seconde place, c’est l’île sacrée située à plus de 125 km dans la réserve faunique du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Dans cet endroit sauvage parsemé de dizaines de tombes autochtones, quelque chose nous épiait et nous guidait en faisant du bruit contre les arbres pour finalement nous faire découvrir un nouveau cimetière inconnu de la population locale. La troisième place revient une petite maison du village de Mashteuiatch au Lac St-Jean. Dans cette demeure, une présence masculine était tellement déterminé à se faire entendre devant les témoins, qu’elle frappait fortement au centre d’une grande table de cuisine. Les coups étaient si forts que le meuble se déplaçait de quelques centimètres à chaque fois.

 

 

10. Quelle a été ma plus grande déception au cours de ces années ?

 

Certes, ce n’est pas le fait que des personnes ne croient pas au paranormal car chacun est libre de croire ou non. De toute façon, il est difficile pour la majorité des gens de juger une situation sans y être et surtout sans l’avoir vécue personnellement. Je respecte la liberté de croyance car moi-même, je ne crois pas en n’importe quoi. Ma plus grande déception est de constater que des individus bien connus, possédant un certain pouvoir médiatique, déforment la vérité sans se soucier des conséquences ni des gens qu’ils détruisent. C’est aussi le fait de voir que ces mêmes individus (souvent en conflit d’intérêt parce qu’ils appartiennent ou sont associés à des regroupements), ne vérifient pas la crédibilité de leur informateur ni même la véracité et l’exactitude de l’information rapportée. Il y a aussi ceux qui utilisent des membres de leur propre regroupement pour désinformer et détruire la réputation de leur victime bien ciblée. À travers cela, ceux que je blâme le plus, ce sont leurs employeurs, leur chef ou président et les fonctionnaires qui sont sensés faire respecter l’éthique ainsi que les normes provinciales et nationales supposément créées pour combattre ces méfaits fréquents.

 

 

11. L’équipe de Paracontacts

 

Nous sommes actuellement 17 personnes actives au sein du groupe. Chaque membre a été formé professionnellement sur le terrain. Nous sommes en majorité des Métis de différentes Nations qui respectent les traditions, les pratiques et les coutumes ancestrales. Dans certains cas, en tant que Métis autochtones reconnus, nous utilisons le teueikan (tambour) et la musique ainsi que les chants amérindiens pour harmoniser l’énergie de certains lieux. Nous avons aussi des conseillers qui travaillent dans l’ombre à cause de leur carrière publique et des collaborateurs scientifiques et technos situés un peu partout sur la planète. Paracontacts n’est pas seulement un groupe d’individus, c’est une compagnie incorporée protégée par des lois canadiennes qui aura bientôt sa propre marque de commerce enregistrée. Les membres de l’équipe sont choisis en fonction de leur passion, de leur talent, de leur connaissance, de leur ouverture d’esprit et de l’énergie qu’ils dégagent. En effet, nous sommes faits d’énergie et tout notre corps en dégage. Nous travaillons en symbiose et toute énergie discordante peut nuire à ce que nous faisons et voulons capter.

 

 

12. Lors d’une enquête, est-ce que j’ai eu peur pour moi ou pour une tierce personne ?

 

Jamais lors d’une enquête car nous sommes toujours respectueux des lieux et nous n’agissons pas comme des envahisseurs ou une équipe de démolisseurs. Même dans les cas, où nous entendons des menaces sur nos audios, notre expertise nous permet d’avoir des résultats positifs ou un dénouement heureux. Mais je dois avouer que dans les cachots de la Vieille-Prison de Trois-Rivières, j’ai eu une certaine crainte pour un caméraman qui semblait être la cible de nos hôtes invisibles qui tenaient à lui démontrer qu’ils étaient bien présents autour de lui. À un certain moment, lorsqu’il descendait les escaliers en nous filmant de sa position, quelqu’un l’a poussé mais heureusement, l’individu paniqué a réussi à s’agripper juste à temps.

 

 

13. Comment est né Paracontacts ?

 

En réalité, Paracontacts a toujours existé car j’ai continuellement travaillé avec des gens qui m’assistaient pour visiter des lieux et des familles. À partir de 18 ans, j’ai travaillé souvent seul avec une aide ‘’invisible’’ mais j’ai aussi fait équipe soit avec ma sœur, mes frères, ma mère, mon épouse et avec des amis qui venaient avec moi sur le terrain. Pendant toutes ces années, j’ai aidé des individus et des familles mais fut un temps où la majorité des demandeurs étaient des gens d’affaires, des entrepreneurs et des industriels. Je dis bien fut un temps, car j’ai graduellement fermé la porte à ce genre de demandes qui ne m’apportaient rien de nouveau ni même la sensation de venir en aide à quelqu’un. En 2006, j’ai formé un groupe de personnes occupant des carrières publiques dont faisaient partie mon épouse et mon fils pour explorer jusqu’en 2010 les limites du paranormal. Puis, durant cette même année, les premiers membres de l’équipe de Paracontacts furent choisis et formés pour investiguer à la télévision. Paracontacts est une compagnie incorporée et aussi une marque de commerce enregistrée.

 

 

14. Qu’est-ce qu’une entité ?

 

Malgré que j’emploie ce terme pour mieux me faire comprendre, il y a longtemps que j’ai cessé de parler d’entités ou de fantômes car pour moi, ce sont des formes d’énergie dont nous sommes composés vous et moi ainsi que l’univers dont nous faisons partie intégrante. Notre corps est fait de milliards d’atomes, d’électrons et de photons dont la longueur de vie se mesure en millions d’années. Je crois donc à la vie après la mort et aussi à l’existence d’énergies bonnes et mauvaises. Je crois même à l’existence de formes d’énergies non humaines. D’ailleurs, c’est ce que nous voulons démontrer avec notre découverte réalisée en 2011 et que nous continuons d’étudier depuis ce moment. Pour être plus précis, les cas de possession que nous avons vécus, me permettent de dire qu’il existe des criminels qui demeurent ainsi après leur mort, qu’il existe des êtres non humains et démoniaques que par croyances certains appellent démons. Qu’il existe aussi des êtres évolués qui peuvent nous aider de différentes façons. Je sais que c’est difficile à admettre mais, personne n’est obligé de croire ce que je dis.

 

 

15.La prolifération d’entreprises de chasseurs de fantômes et de phénomènes

 

En 2010, au Québec, il y avait 8 groupes semblables. Aujourd’hui, on en dénombre plus de 22. La popularité du paranormal est grandissante et le Québec s’ouvre de plus en plus à ce domaine. De toute façon, les citoyens ont toujours cru à ces phénomènes mais souvent jadis, ce sujet était tabou et il l’est encore un peu à cause des intimidateurs sans scrupule. Difficile de parler d’un groupe d’investigation sans même le connaître, je vais donc me contenter de dire que des familles paniquées nous ont demandé de l’aide après qu’une entreprise de ce genre, leur a annoncé faussement que des démons habitaient leur maison. Par contre, j’ai entendu du bien de d’autres groupes qui prenaient la chose au sérieux. Pour terminer, je préciserais que c’est comme dans la plupart des entreprises commerciales, il y en a des bonnes et des moins bonnes. Faut juste bien les choisir et demander des références. Le jour où ces groupes sérieux se réuniront pour travailler en étroite collaboration en échangeant des informations et créant de nouvelles techniques d’enquête, nous rattraperons rapidement le retard que nous avons avec les autres pays qui étudient le paranormal depuis des décennies.

 

 

16. Qu’est-ce qu’une énergie résiduelle ?

 

Selon la théorie d’origine américaine, dans le domaine du paranormal, une énergie résiduelle agit machinalement comme un Cd qui joue en boucle. Personnellement, je ne crois pas du tout à ce mythe tiré d’une croyance bouddhiste car nos multiples investigations nous ont prouvé le contraire. Les activités ou manifestations ou anomalies ne sont pas résiduelles car bien souvent, elles sont irrégulières et différentes à chaque fois. Si des pas se font entendre dans un escalier à chaque jour, c’est parce qu’il y a quelqu’un qui monte bel et bien l’escalier mais dans un autre espace-temps ou réalité.

 

 

17. Qu’est-ce qu’un orbe ?

 

C’est une question ambiguë car il y a différentes opinions sur le sujet et plusieurs les associent à tort aux poussières, aux pollens, aux spores, aux gouttelettes d’eau, à des particules en suspension, aux artéfacts numériques, aux effets optiques ou à des réflexions occasionnées par le flash de la caméra. Les orbes ont déjà été étudiés scientifiquement par deux ex experts de la NASA et d’après leurs observations, ces petites sphères ne sont pas des poussières ni des particules en suspension dans l’air. Pour notre part, un orbe n’est pas inerte ou ne se déplace pas uniquement au gré d’un courant d’air et n’a aucun rapport avec un plasma chargé d’ions et d’électrons. C’est une énergie en mouvement qui se propulse par elle-même à différentes vitesses et dans diverses directions. Nous en avons filmé souvent entre 4 murs évitant les obstacles et variant leur déplacement. Notre découverte de 2011 m’amène à dire que les orbes sont dotés d’une certaine intelligence. Pourquoi ? Parce que ceux que nous observons depuis 44 mois et que nous avons filmés, sont curieux, peuvent s’immobiliser, ralentir leur vitesse pour mieux éviter un obstacle et peuvent s’ils le désirent passer à travers la matière.

 

 

18. Est-ce que nous détenons des preuves de l’existence des entités ?

 

Malgré le fait que nous ayons filmé un homme sortant d’un mur, que nous ayons enregistré des voix, des chants, des sons de tambours entendus aussi à l’oreille et que nous ayons filmé des choses immatérielles traversant la matière, il y aura toujours quelqu’un quelque part qui va dire que c’est impossible, que c’est truqué ou qui dira qu’on aurait dû suivre une méthodologie plus scientifique. Comme aux États-Unis et en Europe, ici au Québec, nous ne sommes pas les seuls à croire qu’il y a des gens payés ou récompensés d’une certaine façon pour désinformer la population sur le paranormal ou pour démolir gratuitement les gens pour se construire une popularité ou une réputation de pseudo expert sur le dos de leur victime. Quoiqu’il en soit, bien souvent, on oublie trop souvent que les phénomènes paranormaux ne sont pas tous reliés au psychisme humain et qu’ils peuvent se produire indépendamment de notre volonté où bon leur semble sans se préoccuper de la méthode d’observation et des équipements employés.

 

 

19. Le projet du documentaire américain

 

Nous avons été approchés par des chercheurs américains pour fournir une preuve qu’ils cherchaient à obtenir depuis 1994. D’ailleurs, plusieurs de nos vidéos et photographies ont déjà été visionnés par des experts. Grâce au froid rigoureux du Québec, nous avons réussi à filmer des Rods, Poissons-Volants aussi appelés Particules de Vie à des températures variant ente 0 O et – 36 sous zéro et dans des lieux souterrains impropices à la vie des insectes volants. Mais en même temps, nous avons créé un paradoxe car nous en avons filmé 4 espèces différentes tout en découvrant des particules lumineuses volantes pouvant activer nos appareils de détections ainsi que nos lumières tactiles. De plus, nos 60 heures de vidéo sur le sujet éliminent hors de tout doute, les possibilités d’illusions optiques, d’artéfacts numériques, d’effets de réflexion et d’hallucination. Ce qui est le plus aberrant, c’est le fait que nos images inédites seront diffusées à l’échelle internationale et possiblement vendues finalement à un diffuseur du Québec qui les achètera en pensant à tort que c’est du matériel purement américain.

 

 

20. Projet de série télévisée et de documentaire

 

Depuis notre dernière série qui a fracassé des cotes d’écoute même en période de hockey national, les gens n’ont jamais cessé de nous demander quand nous allions revenir à l’écran. D’ailleurs, je lève encore une fois mon chapeau devant le courage et l’audace de mon amie Chantal Lacroix avec qui je suis toujours en contact. Les Québécois aiment ce genre d’émissions surtout, si elles sont produites au Québec, dans leur propre pays. Entre temps, nous avons eu des offres de la TV latino des États-Unis, d’un documentaliste parisien et de trois producteurs québécois qui travaillent actuellement sur des concepts différents. Nous avons aussi un agent international qui fait notre promotion aux États-Unis auprès d’un producteur hollywoodien spécialisé dans les films et les documentaires. Nous laissons la chance aux coureurs car nous ne sommes pas pressés. En effet, avec notre site internet, nos enquêtes pour aider les gens et nos excursions hors des sentiers battus, nous n’avons pas le temps de chômer. Nous désirons montrer des choses inhabituelles et démontrer que le paranormal devrait être pris un peu plus au sérieux. Pour y parvenir, nous avons des idées avant-gardistes que nous testons régulièrement sur le terrain et c’est avec un concept original que nous aimerions les montrer au public.

 

 

21. Quels sont les signes qu’une maison soit hantée ?

 

Premièrement, il n’y a pas d’étiquettes démontrant qu’une maison soit hantée. Il ne faut jamais se fier aux histoires ni aux apparences car le bâtiment aux allures lugubres n’est pas nécessairement hanté pour autant. Mieux vaut ne pas se fier aux apparences ni aux rumeurs qui alimentent ces lieux. Nous avons visité des maisons flambant neuves déjà hantées où des portes se fermaient et s’ouvraient d’elles-mêmes. Des bruits de pas se faisaient entendre jour et nuit, des tiroirs s’ouvraient et quelqu’un semblait s’intéresser au téléviseur et au jeu Nitendo qu’il allumait durant la nuit. Pendant ce temps, tout autour de la demeure, l’entrepreneur construisait de nouvelles maisons sans se douter qu’il dérangeait quelque chose qui avait déjà habité les lieux. Au fil des ans, nous avons compris que certains signes évidents dénoncent une activité paranormale produite par le psychisme humain ou indépendamment de lui, se déroulant dans une maison, tels que : coups frappés, murmures, voix, déplacements d’objets, froid envahissant, fluctuation des lumières, odeurs inhabituelles, énergie ambiante lourde, épuisement physique, meubles qui se déplacent, animaux domestiques qui ont peur…

 

 

22. Y a-t-il un lien entre les extraterrestres et les entités ?

 

Malgré que ce soient tous deux des phénomènes mondiaux et que les témoignages sur ces sujets continuent d’affluer en aussi grand nombre, nous parlons de choses différentes. Selon l’avis de grands experts, tels que : Michio Kaku, Nasssim Haramein et les multiples témoignages d’ex officiers militaires, l’existence des extraterrestres est indéniable. Leur technologie leur permettrait possiblement de voyager par le continuum espace temps ou par les trous de vers interdimensionnels tandis que les entités (énergies éthériques ou quantiques) n’ont nullement besoin de cela pour se déplacer d’une réalité à une autre.

 

 

23. Les personnes décédées se retrouvent coincées entre le monde des humains et ce que nous appelons communément l’Au-delà ou le Paradis ?

 

Difficile à expliquer sans l’avoir vécu soit même mais en ayant moi-même frôlé la mort, je me permets de parler des grandes lignes. L’idée que les entités soient coincées entre deux mondes, est selon moi un concept basé en quelque sorte sur des croyances. Selon les messages reçus et les témoignages de gens ayant vécu comme moi une mort éminente (EMI), chaque personne voit la fameuse lumière et se transporte dans un lieu semblable au nôtre, situé près de notre monde physique. Personne n’est prisonnier et tous sont libres d’aller et venir avant d’oublier graduellement leur vie terrestre. Par contre, certains refusent totalement de se détacher soit de leur famille, de leurs biens ou de leur demeure leur servant alors de refuge. Ceux qui décèdent subitement dans un accident, qui se font assassiner ou ceux qui décident d’en finir par suicide, ont beaucoup plus de difficulté à s’adapter. J’ai vécu un cas où le suicidé est demeuré sur les lieux pendant 7 années parce qu’il voulait revivre sa vie. Est-ce qu’il existe vraiment un paradis ? Pour répondre à cette question, je vais me baser sur l’expérience d’EMI vécue du Dr Eben Alexander neurochirurgien ayant enseigné plusieurs années à Faculté de l’Université d’Harvard, en disant comme lui, qu’il existe dans l’univers plusieurs dimensions qui se superposent et se chevauchent, l’une d’elle, serait un monde merveilleux où l’on se retrouve après la mort.

 

 

24. Est-ce que le paranormal évolue ?

 

En refusant de comprendre l’inexplicable, les pseudos détenteurs de la vérité absolue, nous ramènent en quelque sorte à l’époque de l’obscurantisme mais heureusement, il y a de plus en plus de scientifiques à l’esprit ouvert qui font évoluer le domaine du paranormal. Certes, il y a encore des individus qui qualifient à tort de naïfs, d’idiots, d’illuminés ou de menteurs les nombreux témoins, les médiums ou les chercheurs de phénomènes inexpliqués (apparitions, OVNI, N.D.E, médiumnité, poltergeist, transcommunication, apports…) mais cela ne fait qu’encourager les chercheurs à pousser plus loin leurs études sur le sujet. De toute façon, ces individus sans scrupule, faisant passer leurs opinions pour des vérités inconditionnelles, appartiennent à une minorité facilement reconnaissable par leur méchanceté organisée. Certains plus destructeurs encore, poussent leur méfait au point de se mettre eux-mêmes dans l’eau chaude en écrivant des libelles diffamatoires signés de leurs propres mains et en diffament maladroitement leurs victimes devant le public pouvant par le fait même servir de témoin contre eux. Il y a quelques mois, j’ai été à deux cheveux de faire accuser deux d’entre eux en cour criminelle. Heureusement pour eux, on m’a conseillé de ne pas le faire parce que cela n’en valait tout simplement pas la peine. Hormis le fait, qu’il y aura toujours des extrémistes soit disant capables de juger parfaitement une situation sans y être eux-mêmes ou d’accuser mensongèrement une personne sans même la connaître, les théories et le paranormal continuent d’évoluer.

 

 

25. Nos collaborateurs

 

Nous avons des collaborateurs scientifiques et technos dans différents pays avec qui nous échangeons des théories et des résultats d’observation. Parmi ceux-ci, nous avons des professionnels, qui à cause de leur profession publique, nous soutiennent dans l’ombre. Au Québec, nous avons aussi des collaborateurs qui nous informent et trouvent des lieux potentiels.

 

logo1

 

Totem3

 


 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
05 Novembre 2013

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16