Sur les traces du passé (3)

 

 

trace3

 

Le 17 septembre 2016, nous sommes retournés à l’ancien collège afin de poursuivre notre expérience, soit de tenter de capter des bruits, des sons, des voix du passé ainsi que des manifestations pouvant se rapporter à l’histoire de l’endroit. Comme nous l’avions déjà mentionné, l’endroit n’était pas reconnu pour être hanté mais comme nous l’espérions, dès notre première visite, nous avons capté des voix sur les enregistreurs vocaux numériques et senti une forte odeur de gâteau fraîchement cuit pouvant se rapporter au passé de l’endroit.

 

cicmt7

 

Malgré ce résultat, il serait prématuré de dire que nous avions déjà réussi notre expérience ou de prétendre que le bâtiment serait peut-être hanté car pour nous, ce terme est plutôt synonyme d’hantise régulière ou constante et selon les premiers témoignages des propriétaires, cela ne semblait pas être le cas, du moins pas à ce moment-là.

 

Vers 18 h 30, en compagnie des propriétaires, nous sommes entrés dans le bâtiment centenaire avec nos équipements chargés sur des chariots. Pour l’occasion, deux observateurs s’étaient joints aux 9 membres de l’équipe. D’habitude, nous sommes plus nombreux mais à cause des obligations et des disponibilités de chacun,. il est toujours difficile de réunir tout le monde au même moment. Dans cette vaste bâtisse, la problématique était toujours la même, c’est-à-dire de localiser la pièce la plus propice pour capter ce que nous voulions.

 

corrid

 

Du changement dans la situation

 

En nous déplaçant dans le bâtiment, nous constations que d’autres travaux encore plus majeurs avaient eu lieu depuis notre dernière visite. Devant les murs jetés par terre, les proprios nous expliquaient que ces rénovations étaient nécessaires pour la vente de l’immeuble. Sachant que pour éviter de longs déplacements, ils leur arrivaient de coucher sur place pour accueillir les employés le lendemain, nous leur avons demandé s’ils avaient vécus des choses particulières. C’est alors, que nous apprenions qu’ils entendaient parfois des bruits de pas dans un corridor d’un étage supérieur et au-dessus de la pièce qui leur servait de dortoir.

 

En écoutant leurs propos, nous étions convaincus que ces travaux avaient peut-être réveillé ou dérangé quelque chose qui tenait à ce que l’endroit demeure intact. C’était possible car nous avions déjà vécu des cas semblables dans le passé. En continuant notre chemin, je me disais que ces rénovations allaient peut-être faire prendre une tournure différente à notre expérience.

 

Quelques minutes plus tard, nous sommes retournés au 3e étage des bâtiments 3 et 4 pour revérifier le niveau des champs électromagnétiques de basses et de hautes fréquences dans les zones où le 3 septembre, nous avions mesuré des anomalies passagères. Tout était normal.

 

Une masse transparente

 

Le 3 septembre, en filmant au 4e étage du bâtiment 4, Jonathan avait capté quelque chose de translucide qui passait entre lui et un mur du corridor. Nous pensions qu’il s’agissait d’un effet optique engendré par l’éclairage de sa lampe de poche mais après avoir tenté de le reproduire sans succès, nous croyons qu’il s’agissait plutôt d’une masse transparente qui s’éloignait de lui. Le 17 septembre, dans une petite salle de repos du 3e étage, moi et Sylvain avons aperçu à l’écran de son moniteur quelque chose de semblable qui quittait rapidement la pièce avant même que nous ayons eu le temps d’activer la caméra.

 

Concernant nos installations pour la soirée, Jonathan et Anick ont installé 4 caméras IR (infrarouges) au 4e étage du bâtiment 4 ainsi que des enregistreurs numériques. Jean et Carole se sont installés au 3e étage où des voix avaient été captées la dernière fois. Leurs 4 caméras IR filmaient des corridors et des pièces fermées. Pendant ce temps, je mesurais les niveaux des champs électromagnétiques de basses et de hautes fréquences des deux étages en questions. Andrée-Anne avait placé un enregistreur dans une grande salle et prenait des photos dans diverses pièces. Au total, nous avons installé 9 caméras IR et 5 enregistreurs numériques.

 

Nous aurions pu faire cette investigation durant la journée sauf que le soir, le niveau de pollution par le bruit avoisinant est beaucoup moins élevé et il est plus facile de capter des manifestations lumineuses dans la noirceur. Entre chaque visite, nous nous affairons au visionnement des vidéos, à l’écoute des audios et à l’analyse des choses captées. Ce travail laborieux nous amène inévitablement à espacer nos visites dans le bâtiment historique.

 

Une séance de PVE tardive

 

La soirée s’était passée rapidement et avant de quitter les lieux, nous avons décidé de faire une dernière tentative de PVE (Phénomène de voix électronique) dans une salle filmée du 3e étage du bâtiment 4. Pour se faire, nous avions tout d’abord évalué la pièce avec un analyseur de spectre électromagnétique et un détecteur de CEM calibré. Ensuite, nous avions disposé 2 KII (détecteur de champ électromagnétique (CEM)) à lumières graduées au centre du plancher avec un enregistreur numérique à zoom. Les 2 appareils de détection étaient distants l’un de l’autre d’environ 60 cm (24 po.). De cette manière, cela nous permettait de vérifier si nous avions affaires à une manifestation. En effet, les deux appareils captent la même chose et si l’un d’eux est influencé par une onde radio ou champ quelconque, l’autre le sera aussi. Par contre, s’il s’agit bel et bien d’un contact, un seul sera actif. C’est une constatation que nous avons pu faire au fil des années.

 

La séance avait débutée vers 00 h 05 et pendant plusieurs minutes, nous avions cru que notre tentative était un échec. À 00 h 25, en se levant pour quitter la pièce, un KII connecté à une grosse lampe de poche s’alluma au maximum (20 milliGauss / 2 microTesla et plus). Nous nous sommes alors assis à nouveau sur la plancher pour poser d’autres questions et le KII s’activa en guise de réponse pendant que le second demeura inactif. Quelques minutes plus tard, nous quittions la salle pour ramasser nos équipement avant notre départ.
Au fil des journées suivantes, l’écoute des enregistrements audios, nous révéla que nous n’étions pas seuls dans cette fameuse salle filmée par une caméra IR. Effectivement, car pendant que nous posions des questions, une voix féminine se faisait entendre à plusieurs reprises. Par exemple :

 

• Lorsque Lucie dit à haute voix que nous étions fatiguants, une voix féminine répond « Pas du tout ! »
• Lorsque Sylvain parle de la prière du Notre-Père, une voix féminine répète le mot « Père »
• Une voix féminine dit le nom « Augustini »
• Lorsque je demande de faire des coups frappés, un coup inaudible à l’oreille se fait entendre sur l’audio.
• Lorsque Lucie explique que ce sont des appareils pour entendre, une voix répond « Ah ! »
• D’autres mots furent prononcés mais demeurent indéchiffrables pour le moment.

 

Durant la soirée, l’enregistreur numérique de Sylvain, placé dans une petite salle de repos du 3e étage du bâtiment 4, a capté un nom « François ». C’est dans cette même pièce que nous avions aperçu une masse passer devant l’écran du moniteur.

 

La mystérieuse Yvette

 

À notre grand étonnement, en écoutant les enregistrements audios d’Andrée-Anne effectués dans une grande salle du 4e étage du bâtiment 4, une voix féminine prononce le nom « Yvette ». À ce moment là, il n’y avait personne à ce niveau. Curieusement, ce même prénom avait été capté le 3 septembre dans le bâtiment 3 au 3e étage. Comment cela était-il possible ? Pouvait-il s’agir de la même entité ou d’une autre qui parlait de la personne en question ?

 

Malgré que nous connaissions peu de choses sur l’histoire du bâtiment et des gens qui y avaient vécu ou travaillé dans le passé, nous devions tenter de découvrir qui était cette Yvette et quel rapport avait-elle avec l’endroit.

 

Membres de l’équipe présents :

 

• Johanne Bonenfant
• Carole Brosseau
• Andrée-Anne Cormier
• Lucie Courchesne
• Jean Dubois
• Anick Lauzon
• Sylvain Lavigne
• Jonathan Mainville
• Roger Mainville

 

Roger Mainville – Plume-Parlante
Groupe Paracontacts
5 octobre 2016

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16