Sur les traces du passé

 

 

poule1

 

Le 28 novembre 2015, nous nous sommes rendus dans un bâtiment historique, construit au Québec vers les années 1850, pour tenter de capter des phénomènes relatifs à ce passé. Un lieu ouvert au public où aucune activé paranormale se déroulait officiellement. Nous avions ciblé l’endroit quelques semaines plutôt et les propriétaires intrigués par notre curieuse démarche, ont gracieusement acquiescer à notre demande.

 

À notre arrivée vers 16 h 00, les propriétaires nous ont ouvert les portes de cet ancien moulin à farine transformé en entrepôt, dont nous gardons le nom anonyme. À l’intérieur du bâtiment non chauffé, la température ambiante atteignait à ce moment + 1o C avec un taux d’humidité de 78 % causés par la proximité de la rivière tumultueuse.

 

En marchant dans la bâtisse ancestrale, qui conservait toujours les lourdes meules ainsi que les outils de l’ancien meunier, nous avions l’impression de visiter un musée et d’être dans une autre époque. Lorsque nous sommes montés au grenier, nous avons trouvé plusieurs objets datant de 1850 à 1943 incluant des téléphones à cornet, des jars et des anciennes bouteilles de bière en grès, des lanternes à l’huile, etc. Le moulin et la bâtisse adjacente cachaient un véritable trésor d’antiquités.

 

bouteille1

 

bouteille3

 

pot1

 

bouteille2

 

antiques2

 

antique4

 

syl-jean

 

plaque

 

Après notre visite, nous avons commencé à installer nos équipements dans les deux bâtiments ancestraux. Au total, nous avons placé 11 caméras HD de détection à l’infrarouge, 6 enregistreurs audio et 5 détecteurs de mouvements autonomes. Caro, notre photographe et Jean notre caméraman prenaient des images dans les bâtisses. Vers 18 h 30, lorsque l’installation fut terminée, la température chutait rapidement et indiquait graduellement – 2o C et l’humidité relative qui était alors de 84 %, nous traversait le corps. En conséquence, nous étions persuadés qu’il n’y avait aucun insecte volant dans la place et que les poussières s’agglutinaient au sol.

 

aimemoule

 

benoit

 

rog-jean

 

shir-jean

 

manon

 

carol2

 

jo-anick

 

test2

 

test3

 

Vers 20 h 30, en compagnie de nos hôtes, nous sommes descendus dans l’ancienne salle des meules pour tenter de faire un contact en direct avec l’aide d’un KII. Au fil des minutes, nous avons eu la surprise de constater qu’un détecteur de mouvement semblait répondre à des questions en s’allumant à chaque fois. Intrigués, nous avons alors demandé à l’un des propriétaires de poser des questions en rapport avec sa famille et l’appareil influencé par quelque chose, s’allumait en guise d’affirmation. Et curieusement, la réaction de l’instrument très fonctionnel était plus sensible aux paroles du mari qui avait perdu son père il y a quelques mois.

 

Après ce contact filmé, nous avons conclu qu’il fallait le reprendre un peu plus tard. Entre temps, nous avons vérifié nos caméras et fait quelques tests avec nos appareils de mesure de champs magnétiques, électromagnétiques et électriques. Le froid et la faim se faisant rapidement sentir, nous avons par la suite décidé de se regrouper dans une petite salle du bâtiment chauffé situé près du moulin.

 

Désireux de reprendre le contact effectué dans le moulin glacial, nous avons décidé de le refaire dans la salle. Nous avons alors tenté de faire un contact avec quelques instruments, tels que : un KII modifié, une lame de poche tactile et avec un appareil provenant du Texas muni de capteurs de proximité.

 

testkii

 

Les propriétaires posèrent à nouveaux des questions et le détecteur de champs électromagnétiques (KII) s’activait à chaque fois afin de marque une affirmation. Pour être certain que l’appareil n’était pas influencé par un signal cellulaire, wifi ou radio, nous avons contre-vérifier avec l’analyseur de spectre électromagnétique. Selon les réponses obtenues, le défunt père ( son énergie) du propriétaire était présent avec un individu ayant jadis habité les anciens appartements adjacents au moulin. Cet homme qui s’identifia, demanda d’aller chercher un fer à repasser appartenant à sa femme et qui se trouvait sur un poêle antique dans une pièce du moulin. Il voulait que cet objet métallique revienne à sa place, c’est-à-dire dans une pièce du bâtiment où nous étions.

 

Jonathan accompagné de la dame du propriétaire allèrent dans le moulin pour en revenir avec 6 anciens fers à repasser en fonte. L’homme identifia le fer en question et précisa le nom < Ellis > une compagnie qui jadis se spécialisait dans la fabrication et la vente de fonte et d’objets de cuisine, de toilettes ainsi des outils. Chose certaine, cet ancien meunier connaissait bien le moulin et les antiquités qui s’y trouvaient.

 

fer-moulin

 

Deux heures plus tard, nous quittions le moulin en remerciant nos hôtes d’avoir participer à notre expérience et de nous avoir permis de récolter presque 6 heures d’enregistrements par caméra.(fois 10 = 60 heures de visionnement.).

 

Les jours suivants, nos vidéos nous dévoilèrent entre autres :

 

• La présence d’orbes acrobatiques très rapides
• Des RODS filmés en HD sous un plein éclairage
• Une étrange forme émanant d’un mur en activant un détecteur de mouvement
• Une autre masse à peine visible suit un des membres de l’équipe qui sort d’une pièce et revient pour ressortir de l’autre côté
• À cause de la température froide et l’humidité, les poussières étaient absentes aux deux premiers niveaux du moulin.

 

orb0003jpg

 

orbsdiroppo

 

rod001

 

suivan2

 

extraitvisa

 

Pour terminer, nous pouvons dire qu’il est possible de capter des choses du passé et des phénomènes actuels même dans un lieu non réputé pour être hanté. Pour y parvenir, il suffit de faire un contact pour mieux se connecter et d’orienter nos pensées vers ce que nous voulons atteindre. Une conclusion simple mais qui se rapproche du principe de la synchronicité.

 

Vidéo de l’enquête:

 

 

 

Membres de l’équipe présents sur les lieux :

 

• Shirley Brassard
• Carole Brosseau
• Jean Dubois
• Manon Dubois
• Ancik Lauzon
• Sylvain Lavigne
• Jonathan Mainville
• Roger Mainville
• Aimé Pomerleau

 

Collaborateur présent :

 

• Benoît Turcotte

 

Témoins : 4 personnes

 

Caméraman :

 

• Jean Dubois

 

Perchiste pour l’occasion :

 

• Benoît Turcotte

 

Photographe :

 

• Carole Brosseau

 

groupe-moulin

 

Roger Mainville, Président
Groupe Paracontacts
8 décembre 2015

(C)(R) www.paracontacts.com

 

 

Nos visiteurs:

 

Groupe Paracontacts

Video de l’article récent
Nouvelle page FaceBook
Notre Canal YouTube

Abonner vous!

Compteur en date du 24-04-15

Pays en date du 28-12-16